LUIGI SERAFINI « CODEX SERAPHINIANUS »


Enregistrement : 06/10/13

Coup de projecteur sur le Codex mutant de Luigi Serafini. Une oeuvre encyclopédique de 400 pages, richement illustrée, et rédigée dans une langue nouvelle. De quoi donner du fil à retordre aux linguistes les plus chevronnés qui n'ont toujours pas réussi à le décoder depuis sa première parution, en 1981, dans le catalogue Les signes de l'homme de Franco Maria Ricci. Il existe à ce jour plusieurs éditions du codex, dont la plus récente date de 2006, à l'initiative du groupe d'édition milanais Rizzoli.

Le Codex Seraphinianus est articulé autour de onze chapitres traitant de la nature, des hommes, des minéraux, des mathématiques, de l'architecture et de l’écriture, pour former un ensemble particulièrement cohérent, malgré sa bizarrerie.

Au coeur de cette mystérieuse et surréaliste homogénéité, Luigi Serafini laisse entrevoir une clef sur deux pages contiguës, avec le dessin d’un homme allongé dont l’encrier laisse échapper une référence à Proust, tirée d'Albertine disparue : « fille orgiaque surgie et devinée, le premier jour sur la digue de Balbec ». Mais le texte décrivant cette même scène est écrit dans le même alphabet imaginaire que le reste du livre et le Codex Seraphinianus garde encore à ce jour tous ses mystères.





Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.