DAVID SPHAÈR’OS, ENTRETIEN & GALERIE


Enregistrement : 01/02/2015

Connu comme musicien et comme fondateur du groupe Aqua Nebula Oscillator, David Sphaèr’os est avant tout le créateur d’une œuvre d’art totale.

Une fois absorbé par l’univers fantasmagorique des créatures qui naissent de ses mains, par les mille yeux des plumes de paons, par les miroirs qui projettent des ombres de l’au-delà, les esprits qui rôdent autour des os « vivants » dans sa demeure, par la musique qui provient des sphères célestes, on devient, pendant un moment, amnésique du chaos de la « vie terrestre ».

Parfois, je me demande si les caves du XVIème siècle où David se retire jusqu’à ce que la nuit tombe est sa maison ou celle des esprits incarnés dans ses sculptures qui l’abritent et veillent sur lui. Témoins silencieux de l’apparition divine et monstrueuse, ils regardent avec la vénération et l’horreur figées dans leurs expressions immuables. D’autres sont les sereins gardiens de la sagesse oubliée par l’humanité. Les étranges entités semblent avoir survécu à l’ « époque sacrée » et sortir de la conscience de l’artiste afin d’abolir le temps présent.

Ce microcosme de l’étrange résonne de vérités éternelles délaissées depuis longtemps par la société, en nous plongeant hors du temps pour retrouver le sens essentiel de notre existence.


Propos recueillis par Alla Chernetska.
Photographies © Clélia Lejeune Photographie.




J’ai vu tes sculptures qui m’ont beaucoup impressionnée, avant même d’avoir écouté ta musique. Puis, je les ai revues sous une nouvelle lumière après ton concert. Comment partages-tu ton travail ? Quand réalises-tu tes sculptures et quand est-ce que tu fais de la musique ? Est-ce que les deux se complètent et partagent les mêmes sources d’inspiration ? Quelle différence ressens-tu quand tu crées tes œuvres et quand tu crées ta musique ?

Que ce soit en musique ou en sculpture, je recherche la « transe », car je n’aime pas réfléchir, même si je suis un penseur né ! Les deux champs se complètent, mais sont assez différents ! Quand on fait une sculpture, c’est un rapport charnel entre soi et  les entrailles de la terre que l’on malaxe pour en créer une entité. Quand on joue de la musique, c’est avec les humains et le cosmos que ça se passe ! C’est très différent comme sensation ! Entre la masturbation organique souterraine extatique et l’orgie d’âmes, de sons et d’étoiles qui s’entremêlent, ce n’est pas pareil, haha !

Pour les inspirations, ce sont les mêmes… médiévales, futuristes, cosmiques, organiques, anthropomorphiques, mythologiques, antiques, esprits et dimensions parallèles.

Même si tes sculptures ont souvent une apparence effrayante, je n’ai pas le sentiment que ce soient des créatures maléfiques. Elles s’adressent à leurs spectateurs comme si elles les incitaient à vivre une catharsis pour se libérer de leurs énergies négatives…

Exactement, il y a des gens qui travaillent sur l’énergie solaire négative, il y en a même beaucoup qui déambulent dans nos rues de nos jours ! Moi, je travaille sur l’énergie lunaire positive ! Je suis une créature de la nuit, je crée des créatures de la nuit. Rien de maléfique à ça, sauf pour les crétins négatifs du jour (qui marchent comme une armée de zombies vers l’oubli - poésie d’outre-tombe) ! Autrefois, on m’aurait peut être brûlé, mais ce sont toujours les innocents que l’on brûle… Mon « oeuvre » est plutôt une « mission » positive pour appeler les gens qui ont peut-être oublié, à cause du regard accusateur de l’« autre », au dépassement de soi, à faire ce qu’ils veulent, à créer, à aller au bout de leur plus grands désirs inavoués, sans prendre en compte l’avis néfaste des gens qui nous jugent en permanence ! La vie est sacrée et doit être vécue pleinement, de la manière la plus aboutie possible ! Tout ces jugements et toutes ces perversions inventées de toute pièce, cette morale absurde et cette normalité qui n’existent pas, que l’on nous inculque depuis que nous sommes nés et qui ne devrait pas exister ! Tout est permis ! Faire ce qu’on veut sans juger l’autre, la liberté !

En ce qui concerne les sculptures, j’ai aidé une amie qui avait des troubles mentaux et suicidaires. J’ai réalisé une sculpture à partir d'un moule de son visage et d'objets qui lui appartenaient, que j’ai séparé pour en faire deux moules ! Un positif rayonnant, avec d'un côté pleins d’objets de pouvoirs que je pensais bon pour elle, pour faire d'elle une bonne guerrière, et de l'autre un négatif avec tout les objets néfastes et toutes les pensées sombres ! Elle était soignée!

Car la vérité est que nous créons notre propre réalité, par nos pensées ! Nous pourrions tous avoir exactement la vie que nous décidons, juste en le pensant ! Mais la pensée négative et le doute nous empêchent souvent d’y arriver ! C’est quelque chose à travailler en permanence et  dur à atteindre, mais on peut y arriver.

Tu as fait de nombreux voyages. Lesquels ont eu un réel impact sur ta création ?

Celui de mon arrivée sur terre a eu un grand impact sur ma création, hahahaha ! D’ailleurs, j’ai du me planter de dimensions et c’est la raison pour laquelle j’ai exploré la Terre afin de trouver la brèche qui me permettrait de rentrer a la maison ! Je suis parti prendre du peyotl dans le désert du Mexique. Je suis un grand fan de plantes hallucinogènes, qui ne le sont d'ailleurs pas puisque c’est un monde réel qu'elles révèlent ; le vrai monde des esprits, où tout est vivant et te guide, les signes sont inscrits partout !

D’ailleurs, je crois que j’ai trouvé d’où je venais grâce à cela ! Je suis parti en Inde, où j'ai rencontré d’autres créatures de la nuit qui s’appellent les Kali Aghories, une des plus vieilles religions au monde. Ils arrivent à changer de corps et à se réincarner en ce qu’ils veulent, s’enduisent de cendres humaines, mangent de la chair humaine, font l’amour avec des animaux, arrivent à attraper les esprits errants qui errent sur les charniers au bord du Gange, pratiquent encore des sacrifices, mais à un niveau plus réduit que Big Brother qui n’arrête pas de sacrifier des millions de pauvres gens tous les jours, depuis très longtemps, pour je ne sais quel esprit cette fois si maléfique.

Je suis aussi allé au Sikkim sur les traces du dieu Indra (le dieu des éclairs) où je me suis perdu dans la jungle, avant de me retrouver comme par hasard devant le lac où il est apparu ! Je porte sa croix autour du cou, c'était sans doute pour ça! Je suis parti aussi au Maroc pour rencontrer les musiciens gnawas, je ne les ai pas rencontrés mais je suis tombé sur une femme qui faisait du spiritisme, qui rentrait en transe à l’arrivée des esprits. Nous avons fait une séance, ses yeux se sont exorbités, ses cheveux se sont dressés, les verres ont explosé, l’orage a éclaté et les volets ont claqué, haha même concept !

Certaines de tes sculptures rappellent des objets utilisés lors des rites funéraires de différents peuples. Les os que tu utilises, par exemple, sont la source de résurrection des morts chez les Tibétains, chez les Iraniens, en Inde, dans les légendes des Vikings, chez les chamanes de Sibérie etc. Que symbolisent la mort et les os, pour toi ?

La mort, c’est beau. C’est la renaissance, c’est la vie, les esprits, l’infini, le voyage astral, la liberté sans limite. Je collectionne les os, car je les trouve beaux et qu’ils me servent. Je suis également fan de pierres et de végétaux, qui sont aussi des os d’une certaine manière. Dans la plupart de mes sculptures, j’inclus des parties animales qui pour moi ont une grande puissance, comme de la poudre de squelettes de cobra, mon propre sang, des plumes de faucons, des pattes de chouettes, de la poudre de crânes humains, des plumes de paons, des cheveux… Je choisis toujours des prédateurs ou des animaux symboliques, qui ont une grande force énergétique à mes yeux et qui peuvent à mon avis aider certaines personnes à trouver leur esprit guerrier animal.

Tes créatures  « sans voix », bouche ouverte mais incapables d’émettre de cris, parlent, ou plutôt hurlent avec les yeux. Elles me font penser au cinéma muet où les acteurs  pouvaient tout dire avec les yeux… Comme Norma Desmond le dit à propos du cinéma muet dans Sunset Boulevard : « We didn't need dialogue. We had faces! » Est-ce ce que tes personnages veulent dire à travers leurs yeux !

Demande-leur, ils te le diront ! Hahaha ! Ils émettent une musique silencieuse et très douce, mais tout le monde ne l’entend pas. Et c’est pour ça qu’ils ont les yeux exorbités ! Comme les plantes qui hurlent quand on les mange, il faut être expérimenté pour pouvoir les entendre. Mais je suis aussi fan de films d’horreur, de cinéma muet, de Lovecraft, de peintres comme Hieronymus Bosch, de Bruegel, d’images de sorcières en tous genres et d'entités souterraines. J’ai moi même des yeux exorbités qui hurlent, mais la musique que je chante n’est pas tout le temps douce, car il faut se réveiller aussi !

On voit partout chez toi des plumes de paon, l'« animal aux cent yeux » que tu utilises aussi dans tes œuvres. Elles font penser aux yeux d’Horus qui nous surveillent de tous les côtés. En même temps, elles attirent par leur beauté et hypnotisent par leurs yeux bleus-turquoises. Dans certaines de tes sculptures les yeux sont fermés, mais j’ai l’impression qu’ils nous regardent avec leur vision intérieure au travers de cet « œil »… Est-ce que les plumes de paon
ont une symbolique particulière pour toi ?


Oui, les plumes de paons, c’est l’« oeil », je les utilise aussi, car quand tu fais un voyage psychédélique, il y en a beaucoup partout qui te regardent !

Dans ton univers, à part le paon, il y a beaucoup d’autres oiseaux (corbeau, faucon…) ! On connaît la symbolique du corbeau, intermédiaire d'avec l’au-delà, mais celle du faucon est moins commun. Dans le chamanisme, les oiseaux sont généralement associés à l’âme et aux plumes, aux rituels de clairvoyance et de divination, au « vol chamanique ». Mais c'est le vol de faucon qui est le plus associé avec  la transe chamanique. Est-ce qu’il y a un côté rituel, extatique lié aux oiseaux dans ce que ton travail ?

Tu as répondu à ta propre question, je n’ai plus rien à répondre. Haha !

Les aigles, les faucons, les chouettes, les chauve-souris, les paons et les corbeaux sont des  esprits magiques qui nous aident à voler, mais je suis aussi très ami avec les cobras, les pieuvres, les loups et d'autres entités à trois têtes. Ceci dit, il faut aussi savoir que la vie est elle-même un rituel avant de passer dans l’au-delà ; personnellement, c’est à ça que je travaille! Nos actions sont très importantes, tout au long de notre vie ! La réussite sociale ou monétaire a une signification microscopique ! L’âme est très importante, tout comme la pureté de nos actions ! Nous sommes avant tout des anges ailés ou déchus, hahaha !

Je voudrais parler de tes masques ou plutôt de tes sculptures en forme de masques. Par définition, le masque doit cacher un vrai visage. Mais je crois, qu’en réalité, les masques ne visent pas tant à cacher quelqu’un, mais plutôt à représenter quelque personnage ou divinité. En portant un masque, on devient quelqu’un d’autre. Dans le chamanisme, ils servent à incarner les esprits pour pouvoir communiquer avec le monde des dieux. Qui sont les divinités figées dans tes masques et avec qui cherchent-elles à communiquer ?

Mes divinités cherchent à communiquer avec les humains, qui sont eux-mêmes des dieux mais qui n'en ont pas conscience, comme toute être vivant ! Nous portons toute la création en nous ; nous sommes l’univers et le cosmos ! Mais les gens l’oublient et préfèrent croire en d’autres dieux qu’ils ont créés eux-mêmes, pour ainsi tout détruire en prétendant qu’ils ne sont que de pauvres humains. Chaque organisme vivant est un dieu. Il peut créer, il peut détruire ! Nous sommes dans une spirale infinie qui ne s’arrêtera jamais ! Création infinie, c’est beau et c’est vrai !

Il y a une sculpture plutôt « occidentale » qui a attiré mon attention, celle de monstre tricéphale. On rencontrait beaucoup d’effigies à trois têtes à l’époque romaine et au Moyen Age, beaucoup moins de nos jours. Cette omniprésence du chiffre 3 m'intrigue. Il était utilisé pour représenter des concepts très variés et parfois même opposés. Une figure à trois têtes pouvait avoir une signification philosophique, comme par exemple le passage à travers le temps (passé, présent, futur), mais d’autre part, on s’en servait pour représenter un diable, comme Dante dans son Enfer : « Oh ! quelle horreur apparut à mes yeux, Quand je lui vis trois faces à la tête ! » Que signifie pour toi cette trinité, que tu représentes dans tes oeuvres ?

C’est quelque chose de personnel, je suis le chiffre 3 et je l’ai toujours été. Ce sont mes racines ! Ce masque, je l’ai fait pour moi ! Je suis la créature à trois têtes ! L’as tu remarqué ?

J’ai vu que tu crées aussi des accessoires et des vêtements, qui reflètent bien ton univers. Ça fait longtemps que tu le fais ? Tu les utilises seulement pour tes concerts ou acceptes-tu aussi des commandes ?

Comme tu as dû le remarquer, je ne suis pas dans le monde du business. Je crée pour le simple plaisir de créer ! Chaque chose que je fais est unique et je n’arrive pas à la reproduire, donc j’ai du mal à ce que l’on me passe des commandes. Tous les accessoires que j’ai fait, je les ai offerts à des gens qui comptaient. Pour passer commande, il faudrait que je trouve quelqu’un qui reproduise ce que j’ai fait! Ce que je n’arrive pas à faire! One shot only, temps particulier, émotion particulière et unique, impossible à recréer

Ton nom de scène, Sphaèr’os, m’a fait penser à la « musique de sphère », une idée philosophique inventée en Grèce ancienne et répandue jusqu’à nos jours. Dans l’Antiquité, les Grecs croyaient que les planètes étaient fixées à des sphères de cristal emboitées les unes dans les autres. Les pythagoriciens ont inventé ce concept de «musique des sphères », d’après lequel la rotation de ces sphères célestes produisait des sons d’une hauteur variable en fonction de leur distance d'avec la Terre. D’ailleurs, on enregistre désormais des sons en provenance de l’espace. Est-ce que toi, tu t’inspires de l’univers céleste des étoiles et de leur musique ?

Oui, je l’ai toujours entendue, cette musique des sphères, d’où mon nom Sphaèr’os. J’avais fait un projet qui s’appelait Musiksphaera ou un groupe qui s’appelait Os’sphaeratu, hahaha !

À mon avis, les pythagoriciens n’ont rien inventé, ils ont dû l’entendre et y mettre un nom !

J’ai toujours voulu faire de la musique pour créer des paysages sonores, juste avec des sons joués par des éléments comme les planètes, les arbres, des hurlements d’animaux, ce que je n’ai pas toujours fait car je suis aussi fan de musique d’instruments divers, de rock, de transe, de jazz, de musique psychédélique ou antique. Je me suis laissé happer par l’énergie humaine, mais je retourne aux sphères !


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.