PETER J. CARROLL « CHAOS MAGICK »


Enregistrement : Printemps 2008

Dans l’univers foisonnant de l'actuel renouveau ésotérique, la Magie du Chaos occupe une place à part ; celle d'une anti-tradition iconoclaste et irrévérencieuse qui balaie d’un revers de la main des siècles de pratiques obséquieuses, où tous les rituels et les divinités ne sont que des outils destinés à nous permettre de toucher un état mental spécifique.

Godemiché, icône religieuse ou statue de Mickey, l'objet du culte n'aurait d'importance que par sa fonction de point focal. De quoi y voir une forme de magie punk, foncièrement post-moderne, comme l’énonçait le créateur de bandes-dessinées Grant Morrison au micro de Richard Metzger du site Disinformation.com, et ce qu'atteste par ailleurs la présence de l’inénarrable Genesis P. Orridge dans le cortège des pratiquants chaotiques.

Auteur d'ouvrages de référence, notamment Liber Null et Psychonaut (Weiser Books, 1987), et cofondateur des Illuminates of Thanateros en 1978, une des premières organisations consacrée à l'étude de cette forme de magie, le Britannique Peter J. Carroll a aimablement accepté de répondre aux questions d'une Spirale intriguée et novice en la matière.


Propos recueillis par Laurent Courau.
Traduction par Viviane Vandelli.



Lors d’un récent dîner, des profanes m’ont demandé de leur définir la Magie du Chaos en quelques mots. Je leur ai répondu qu’il s’agissait d’un système magique postmoderne, non dénué d’humour, capable d’honorer une statue de Mickey Mouse, aussi bien que celle du Christ ou de Vishnou, et s’appuyant sur la mécanique quantique. Ce qui m’a valu quelques regards un peu interloqués. Quelle serait votre réponse dans le même contexte, face à une audience de curieux ?

Vous avez très bien répondu. Aux alentours de 1968, la magie a connu un véritable renouveau et beaucoup de textes fondateurs comme ceux d’Eliphas Levi, d’Aleister Crowley, du Golden Dawn et d’Austin Spare ont été réimprimés. On a réinventé la sorcellerie et une profusion de documents mystiques et magiques de provenance orientale sont devenus disponibles. Quelques magiciens ont tenté de baser leurs idées sur l’une ou l’autre de ces traditions plus anciennes, mais pour certains d’entre nous, il était évident que la magie avait toujours été éclectique et syncrétique. Pourquoi dès lors ne pas essayer de réunir toutes ces traditions ?

Austin Spare avait déjà démontré qu’il était possible de faire de la magie quasiment sans symbolisme et d’après l’anthropologie, la magie pouvait s’appuyer sur une multitude de systèmes de croyance différents. La parapsychologie suggérait que parfois, les athées parvenaient même à faire de la magie. Apparemment on pouvait traiter la croyance comme un outil pour créer des effets. En examinant en profondeur diverses traditions, il nous est apparu que seule la technique comptait vraiment en magie et qu’à condition d’utiliser les techniques adéquates, n’importe quel symbolisme faisait l’affaire.

En réalité, vous n’avez pas besoin d’un ancien talisman trouvé dans une grotte himalayenne, un jouet en plastique convient comme base à un “esprit” que vous pouvez vous-même créer. Un tournevis servira de baguette magique, pour peu que vous ne vous trompiez pas dans vos croyance et intention.

Pourriez-vous nous parler de votre parcours, notamment scolaire et universitaire ? On trouve de nombreux documents sur la Chaos Magick et vos activités sur Internet, mais on sait finalement peu de choses sur vous-même. À la différence de nombreux occultistes, vos travaux font fréquemment référence aux sciences traditionnelles, ce qui me laisse supposer que vous avez vous-même bénéficié d’une formation scientifique ?

J’ai suivi un cursus en Chimie à l’Université de Londres, surtout parce qu’écolier, je m’intéressais aux explosifs. J’adorais fabriquer des grenades et des feux d’artifice. Aujourd’hui, je regrette de ne pas avoir plutôt choisi la Physique comme matière. Depuis la fin de mes études, trente-cinq ans en arrière, la physique quantique (notamment celle des particules élémentaires) et la cosmologie ont considérablement évolué. Du coup j’ai passé beaucoup de temps à tenter de trouver où les idées magiques et mystiques les recoupaient.

Durant les quinze dernières années, je me suis retiré de l’enseignement de la magie pour poursuivre mes recherches sur le concept d’un temps tridimensionnel. Les résultats vont bientôt paraître dans un livre intitulé The Apophenion, qui sera prochainement publié chez Mandrake. Pour le reste et en ce qui concerne mon temps libre, j’ai monté une société de distribution de produits naturels, acheté quelques propriétés et fait deux enfants.

Le terme suggestif de « chaos » a été introduit en mathématique en 1975 par les deux mathématiciens Li et Yorke. Vous avez vous-même lancé le magazine The New Equinox et fondé les Illuminates of Thanateros peu de temps après. Suiviez-vous à cette époque les travaux de Li et de Yorke et est-ce ce qui vous a inspiré pour le terme « Chaos Magick » ?

J’ai d’abord été attiré par l’idée du chaos telle qu’elle est énoncée dans les nouvelles fantastiques de Michael Moorcock. Dans mes premiers groupes de magie, nous utilisions l’idée du chaos, mais nous n’utilisions pas le terme « Chaos Magick ». C’est après, lorsqu’il fut popularisé par les mathématiques du chaos, que nous avons fini par l’adopter puisqu’il correspondait bien à nos pratiques.

Vous revendiquez tout particulièrement l’influence de Niels Bohr et d’Austin Osman Spare. Le physicien Niels Bohr est connu pour son apport à l'édification de la mécanique quantique, mais le travail artistique et magique de Spare me semble plus difficile à cerner. Pourriez-vous revenir sur sa contribution à la magie moderne et plus particulièrement à votre système ?

Austin Spare a d’abord étudié avec le Golden Dawn, puis avec Aleister Crowley en personne pendant un court moment. J’ai découvert en Australie une première édition du Livre des Plaisirs de Spare, qui semble avoir appartenu à Crowley. Il était frappé de son sceau de Baphomet et comportait une critique manuscrite du travail de Spare sur la couverture intérieure. D’après ces notes attribuées à Crowley, Spare se serait davantage intéressé aux résultats de la magie qu’à sa mystique à proprement parler, d’où leur séparation. Spare ne semblait d’ailleurs pas tenir en très haute estime les rituels chers à Crowley et à la Golden Dawn. Il préférait baser sa pratique de la magie sur des principes psychologiques.

Son idée fondamentale était que les sorts, les rituels et les divinations fonctionnaient par le biais du subconscient, sans nécessairement passer par un symbolisme ancien et élaboré. De fait, vous pouviez donc créer vos propres symboles. Austin Osman Spare a vraiment produit un art remarquable. Il se dit qu’il parvenait parfois à générer d’étranges effets parapsychologiques…

Vous avez dit que toute tentative d’expliquer la magie doit passer par une réinterprétation des modèles scientifique et conventionnel de réalité. Et justement, j’aimerais que vous nous fassiez profiter de votre perception de la réalité. Albert Einstein lui-même la définissait comme une illusion particulièrement persistante…

La réalité semble se comporter de manière très différente selon les diverses échelles impliquées. On peut encore tenter de saisir le phénomène galactique avec des mots. Bien que le cosmos dans son ensemble présente déjà quelques difficultés… Mais à l’échelle quantique, les mots ainsi que nos tentatives de visualisation sont dépassés. Même chose pour la mathématique de la mécanique quantique, elle ne correspond plus vraiment aux mathématiques utilisées pour des évènements à échelle humaine. J’élabore longuement dans le livre à venir, sur le modèle que j’ai développé ces dix dernières années pour expliquer comment l’univers manifeste un comportement à la fois quantique et magique. Cependant je vais tenter de vous en fournir une très brève description…

Le comportement causal que nous observons dans de nombreux évènements à échelle humaine, provient de l’activité aléatoire et probabiliste des quanta sous-jacents. Dû au grand nombre de quanta impliqués, seul le comportement moyen est vraiment observable, ce qui crée l’illusion de la détermination. Cependant, si vous observez n’importe quel processus sur une plage de temps appropriée, vous vous rendrez compte que l’aléatoire finit toujours par se manifester. Le quantum se comporte de façon aléatoire car le temps est plutôt tridimensionnel qu’unidimensionnel comme le suggèrent les modèles conventionnels.

Les quanta apparaissent toujours sous la forme de particules au moment de l’interaction ou de la mesure, mais ils possèdent aussi une fonction d’onde qui se propage au-delà du temps, à la fois dans le passé, le futur et également sur certains angles « latéraux ». Les composantes latérales du temps correspondent à la probabilité et à l’indétermination et c’est précisément ce nous pouvons exploiter en magie. Conséquemment à ces indéterminations dans le comportement de l’univers, on devrait « enchanter à long terme et prédire à court terme » pour de meilleurs résultats.

Toujours à ce propos, vous collaborez à la Maybe Logic Academy de Robert Anton Wilson, que vous considériez comme un des hommes les plus intéressants de son époque. Que pensez-vous du Discordianisme ? Il me semble entrevoir certaines similitudes entre leur approche pataphysique de la spiritualité et votre Magie du Chaos.

J’ai eu l’occasion de passer deux soirées avec Robert Anton Wilson, chez lui à Los Angeles. Je l’ai trouvé particulièrement intéressant et inspirant, même s’il a terminé la soirée un peu défoncé. Il était curieux de tout, manifestait un appétit incroyable pour les idées nouvelles et bénéficiait d’une imagination brillante, une personnalité très chaleureuse. Tout le monde devrait lire ses livres.

Qu’est-ce que le discordianisme ? Une blague qui se fait passer pour une religion ou une religion qui se fait passer pour une blague ? Quoi qu’il en soit, je trouve le concept très inspirant et la déesse Eris est devenue membre du panthéon chaoiste, en compagnie de ses sœurs Apophenia et Pareidolia.

Il m’est arrivé de donner deux cours dans le cadre de la Maybe Logic Academy. Le premier sur la Magie du Chaos et le second sur ses applications dans le domaine des affaires. Ca m’a semblé très amusant et j’y ai beaucoup appris, tout en rencontrant plein de nouveaux amis. J’étais juste un peu déçu que les cours soient limités à des périodes de cinq ou huit semaines. D’où ma décision d’ouvrir une université de magie à plein temps sur Internet, l’Arcanorium College. Nous entrons dans sa deuxième année d’existence, avec une moyenne de trois cours permanents, une bibliothèque et un espace social.

Corrigez-moi si je fais erreur. J’ai cru comprendre en lisant les cinq principes de la Magie du Chaos que le magicien interagit avec l’éther de manière non matérielle, qu’il échange des informations avec son environnement au moyen d’états de conscience spécifique mettant en oeuvre l’inconscient et le subconscient. Comment définiriez-vous ces états de conscience spécifiques et quelles en sont les applications magiques ? D’après mes recherches, il peut s’agir de jeter des sorts, de divination…

Vous mentionnez ici deux choses différentes. Premièrement, l’éther qui se compose selon moi de toutes les fonctions d’onde des quanta en direction de l’arrière, de l’avant et des côtés du temps. L’observation des particules se limite au schéma d’interférence entre de telles ondes. Nous ne pouvons le percevoir directement, mais tout ce que nous faisons s’accompagne d’une fonction d’onde. Nous habitons donc un univers qui fonctionne sur une interaction continue entre le matériel et l’immatériel, ce qui rejoint la dualité basique particule - onde chère aux physiciens quantiques.

Deuxièmement, vous mentionnez des états de conscience spécifiques. A son époque, Aleister Crowley avait déjà identifié certains états d’inhibition et d’excitation dotés d’une capacité de concentration pénétrante – ce que les neurophysiologistes ont plus tard reconnu dans certaines activités hystériques ou méditatives. Ces états semblent permettre à la magie d’opérer en limitant au maximum l’activité de ce que nous appelons le conscient afin de libérer le subconscient qui est bien plus puissant.

Austin Osman Spare a également travaillé sur ce que l’on pourrait qualifier de Tour de Passe-passe de l’Esprit, une méthode par laquelle le conscient est distrait ou détourné pour permettre au subconscient d’agir. Il semblerait en effet que les sorts se basent sur l’action de se concentrer non pas sur ce que l’on désire, mais sur sa représentation symbolique déguisée en quelque sorte.

Pensez-vous que chaque humain est capable de pratiquer la magie ou que cet exercice est réservé à une élite dotée de capacités particulières ? Et quels conseils donneriez-vous à un novice désireux de s’initier ?

De mon point de vue, la magie est une activité qui s’enseigne et qui s’apprend, tout comme l’enseignement de la musique. Comme toujours, certaines personnes vont manifester plus d’enthousiasme et d’aptitude que les autres. Ceci dit, l’enthousiasme reste un des meilleurs stimulants. L’initiation ne marque que le commencement d’un processus d’apprentissage. Essayez des sortilèges, ainsi que des divinations simples et si vous n’obtenez pas de succès dès les premières tentatives, persistez.

Que pensez-vous de certaines voies ésotériques ou magiques en vogue comme le bouddhisme zen, le néo-paganisme ou le satanisme d’Anton LaVey ? Est-ce que vous les percevez comme restrictives ?

Déjà, il ne faut pas oublier que le bouddhisme zen est partiellement responsable des atrocités perpétrées par l’armée japonaise durant la Seconde Guerre Mondiale. A côté de ça, il peut aussi contribuer à l’amélioration de vos arrangements floraux ou vous aider à mieux tirer à l’arc. Le néo-paganisme peut devenir ce que vous voulez qu’il soit. En ce moment, beaucoup de ses adeptes donnent aujourd’hui dans l’écologie. C’est super ! Le satanisme peut quant à lui se révéler très marrant, mais vous ne devriez vraiment pas prendre ça trop au sérieux. J’ai eu beaucoup de plaisir à participer à certains rituels sataniques, surtout quand ça me donnait l’occasion de faire l’amour avec la prêtresse à la lueur des bougies.

Bien que ça puisse paraître improbable aux profanes, vos travaux ont influencé tout un pan de la pop-culture contemporaine, que l'on retrouve en musique avec la vague industrielle de la fin des 70’s au travers d‘artistes comme Genesis P-Orridge, plus récemment dans les rayonnages de bandes-dessinées avec Grant Morrison, le père de The Invisibles, sans oublier des subcultures comme le vampyrisme ou les modifications corporelles. Que pensez-vous de l’impact de vos écrits et de vos travaux sur la contre-culture, les cultures alternatives et au final la culture populaire dans son ensemble ?

Je n’ai jamais rencontré Grant Morrisson mais j’apprécie son travail. Il m’est arrivé une fois d’avoir une conversation sérieuse et sensée avec P-Orridge à l’occasion du vernissage d’une exposition d’Austin Osman Spare. A première vue, le personnage est théâtral et flamboyant, mais sous le vernis il y a aussi quelqu’un d’intelligent et de réfléchi. Temple ov Psychick Youth a contribué à intéresser beaucoup de jeunes gens à la magie.

Je ne suis pas fan de modifications corporelles permanentes. Il m'arrive parfois de dessiner des charmes, des sigils ou des runes sur mon corps pour des rituels mais j’aime avoir la possibilité de les changer. Je préfère conserver une identité flexible, pouvoir passer de l'apparence d'un homme d’affaires à celle d'un hippie, d'un laboureur ou d'un intellectuel, d'un conservateur ou d'un libéral.

En général, les gothiques me semblent idiots. Je reçois plein de courrier de gens sérieusement dérangés, heureusement contrebalancé par de personnes intéressantes et talentueuses. Mes écrits ont peut-être rendu encore plus fous des gens fous et encore plus brillants des gens brillants.

Pensez-vous comme Grant Morrison que certaines corporations se servent de techniques magiques pour assujettir leur contrôle sur les consommateurs ? De mémoire, il faisait particulièrement référence à la création de logos qu’il compare aux sigils.

Où se termine la psychologie et où commence la magie ? Je n’ai jamais entendu parler de compagnies qui recruteraient ouvertement des magiciens. Ces structures auraient plutôt tendance à engager des psychologues. Cependant, certains de ces psychologues encouragent ce que les anthropologues qualifieraient de “pensée magique”. Ils poussent les consommateurs à croire qu'un certain produit détient des pouvoirs occultes. Vous savez... Achetez cette voiture et vous vous retrouverez soudainement dans un endroit exotique, entouré par des gens à moitié nu, éperdus d’admiration pour vous.

Vous avez dit que la science ne représente qu’un sous-groupe de la magie. Ce qui me semble bien correspondre à votre vision de notre époque comme celle d’un relativisme postmoderne et post-religieux. Et justement, sans revenir sur le concept d’aeon, n’avez-vous pas le sentiment que la réalité consensuelle occidentale se déporte de plus en plus vers des schémas non linéaires, de plus en plus complexes et de facto chaotiques, que nous sommes peut-être à un tournant de l’histoire humaine au travers de la remise en question de tous nos acquis scientifiques ?

La plupart des religions sont fondées sur des miracles et je voudrais montrer que ces miracles prouvent surtout que la magie est bel et bien fonctionnelle. Pour moi, l’histoire progresse à la manière d’une spirale, avec les trois rangées de la pensée matérielle, transcendentale et magique qui s’enroulent l’une autour de l’autre comme une corde. Aucun de ces trois paradigmes ne disparaît vraiment, mais parfois l’un d'entre eux peut être caché aux yeux d’un observateur qui regarderait la corde seulement de côté.

Je ne remets pas en question la majorité de nos connaissances scientifiques, même si je pense que les observations cosmologiques soutiennent l’hypothèse d’un univers consistant en une hypersphère pivotante, d’une taille constante de dimension finie et illimitée dans l'espace et dans le temps. Dans cette mesure, je n'adhère pas à l’hypothèse orthodoxe du Big Bang. Cependant je ne suis en désaccord ni avec la chimie, ni avec la biologie orthodoxes (même si on peut penser que certaines choses, comme les champs morphiques du biologiste Ruppert Sheldrake ont quelque peu contribué à l’évolution de cette dernière discipline). Il me semble au contraire que nous avons fait pas mal de chemin depuis les idées mécaniques-matérialistes des physiciens de la période du milieu. De nombreux physiciens modernes ont adopté des positions à la limite du mysticisme sur l’univers qu’ils étudient, à l'instar de certains pionniers comme Newton et Leibniz.

La science constitue pour moi un département, un sous-ensemble de la magie. Ces deux approches concernent des événements basés sur l’aléatoire - ou le chaos si vous préférez. La science se limite à une petite partie de l'ensemble, la plus régulière et la plus fiable. La magie est prête à considérer l'ensemble et n'hésite pas à expérimenter avec ses parties les plus folles et les plus capricieuses.

Merci pour vos questions,

Pete.


Commentaires
Spartakus - 2008-11-11 15:03:12
Bonjour, Il est bien que le domaine de l'underground francophone commence enfin à découvrir la Chaos Magic(k). Après plus de 15 ans de retard, il était grand temps. Carroll est avec Hine, Hawkins, Ramsey Dukes, le représentant emblématique de la Chaos (on remarquera l'utilisation du féminin afin de distinguer LE chaos de la physique ou de la philosophie et LA Chaos en tant que pratique magique). Cela fait 10 ans que l'on sue avec des potes pour secouer le cadavre putrescent de l'ésotérisme francophone nourri de papuseries. Spartakus FreeMann
Mondocourau - 2008-11-11 17:02:35
Merci. Le thème de cette édition spéciale de relance se prêtait idéalement à cet éclairage sur un sujet en effet mal connu, voire inconnu de l'underground francophone, bien que le symbole de l'étoile du chaos soit très présent en terme de décoration graphique. On doit ensuite remercier Peter J. Carroll pour sa gentillesse, sa patience et sa disponibilité, fait plutôt rare dans les cercles ésotériques.
Spartakus - 2008-11-11 17:25:17
Tout à fait, Pete est très ouvert, comme le sont la plupart des autres écrivains anglophones de la Chaos. Chaque fois que j'ai eu des contacts avec lui, les échanges ont toujours été simples mais illuminants. Pour avoir traduit certains de ses textes, sa pensée est parfois difficile d'accès, mais il est incontournable dans la compréhension de la Magie de la Chaos. C'est bien que l'information tourne aujourd'hui.
futique - 2008-11-12 15:13:47
un bon forum sur le sujet, avec la new generation de magiciens du Chaos http://liminalnation.org/discuss
Mondocourau - 2008-11-12 17:56:53
Et j'en profite également pour signaler la mise en ligne imminente du second volet de l'édition spéciale chaos avec un long article de Rémi Sussan sur les cultes lovecraftiens. Rémi Sussan à qui l'on doit un dossier sur les religions du futur qui sera également de nouveau disponible dans les jours à venir !
Nico_Bally - 2008-11-12 18:38:21
Tiens, justement, quel(s) ouvrage(s) (fr) conseillerez-vous à un novice qui voudrait en savoir plus sur la CHAOS MAGICK
futique - 2008-11-12 22:33:21
Pas uniquement sur la magie du chaos, mais sur l'ensemble de la tradition magique hermétique occidentale (sur laquelle la magie du chaos se base, même si c'est pour la déconstruire), la BD Promethea d'Alan Moore explore magistralement le rapport entre magie, fiction et création artistique et est en cours de traduction en français, je crois...Et Spartakus Freeman n'a t-il pas traduit certains textes -) -Remi
Mondocourau - 2008-11-12 23:09:35
Et bien évidemment le site de Spartakus Freeman qui propose de nombreux textes : http://www.esoblogs.net/
Spartakus - 2008-11-13 12:47:15
Merci pour la pub, effectivement j'ai traduit (avec d'autres) pas mal de textes de la Chaos Magic(k) (près de 200 à ce jour) que l'on peut voir sur http://chaos.heliogabale.org/ - Des potes de l'Aloha Temple et eKo bossent aussi sur les techniques de la Chaos. C'est en marche... Spartakus FreeMann
Nico_Bally - 2008-11-28 16:39:34
Pas de livre FR, donc J'ai lu pas mal des articles des blogs FR cités ci-dessus, ça m'a déjà pas mal éclairé (merci!), me rendant compte que (comme pas mal d'ado, je pense) j'avais pratiqué la Chaos Magick au lycée, sans le savoir. Mais je pense que cette pratique ne pourra être mieux connue que si un livre est publié.

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : PETER J. CARROLL « CHAOS MAGICK »
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : Laurent Courau
Date de mise en ligne :

Présentation

Auteur d'ouvrages de référence, notamment Liber Null et Psychonaut (Weiser Books, 1987), et cofondateur des Illuminates of Thanateros en 1978, une des premières organisations consacrée à l'étude de cette forme de magie, le Britannique Peter J. Carroll a aimablement accepté de répondre aux questions d'une Spirale intriguée et novice en la matière.

Liens extérieurs

www.specularium.org/
www.arcanoriumcollege.com
Peter J. Carroll Interview
The Magic of Chaos
The magician as Rebel Physicist

Thèmes

Sciences
Esotérisme
Occultisme
Mysticisme

Mots-clés associés

Peter J. Carroll
Magie du chaos
Chaos Magick
Illuminates of Thanateros
Maybe Logic Academy
Arcanorium Occult College

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Fuck Consensual Reality »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Texte Peinture Texte Texte Graphisme Texte Texte Peinture Texte