COMMUNICATION DU COMITE DE SOUTIEN AUX INCULPÉS DE TARNAC


Enregistrement :

Deux documents produits en soutien aux inculpés de Tarnac, la Lettre ouverte des parents des inculpés du 11 novembre et la Communication du comité de soutien d'habitants de Tarnac et des environs.

Les faits : Le 11 novembre 2008, plusieurs membres d'une communauté basée à Tarnac, dont Julien Coupat, fondateur de Tiqqun, revue philosophique d'inspiration anarchiste et post-situationniste fondée en 1999, ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête sur des sabotages visant le réseau de la SNCF, puis mis en examen et placés en détention provisoire le 15 novembre 2008 sous des chefs d'inculpation relevant de la législation antiterroriste ("destructions en réunion" et "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste"). Cinq prévenus sont encore détenus à ce jour.

Face à la dangereuse nébuleuse d'épiciers alternatifs, néo hippies, post altermondialistes et cultivateurs de carotte des plateaux corréziens, qui menace gravement la sécurité nationale et les institutions de l'état, La Spirale se devait de réagir avec une série d'articles et d'interviews sur l'histoire du mouvement autonome, aujourd'hui cible et prétexte de tous les fantasmes et manipulations sécuritaires. [ Fin de la parenthèse ironique ] Adhésion ou non-adhésion aux idées de Julien Coupat et des Neuf de Tarnac, la question n'est pas là.

Ce qui ne lasse de surprendre et d'inquiéter se situe plus dans l'inconsistance d'une accusation maintenue face à une absence de preuves. Aucun trophée ADN, aucune justification matérielle digne de ce nom pour soutenir la rhétorique guerrière d'un procureur de la République particulièrement désireux d'en découdre avec les « anarcho-autonomes » chers à Michelle Alliot-Marie. La crise économique se développant, de noirs nuages s'amoncellent sur nos institutions et l'affaire claque déjà comme une mise en garde étatique à l'aube d'une période potentiellement riche en troubles sociaux et politiques.


LETTRE OUVERTE DES PARENTS DES INCULPES DU 11 NOVEMBRE

Dimanche, 23 Novembre 2008

Lorsque la cacophonie s'accorde pour traîner dans la boue une poignée de jeunes emmurés, il est très difficile de trouver le ton juste qui fasse cesser le vacarme ; laisser place à plus de vérité.

Certains médias se sont empressés d'accréditer la thèse affirmée par la ministre de l'intérieur dans sa conférence de presse, alors que les perquisitions étaient en cours : les personnes arrêtées étaient d'emblée condamnées.

Personne n'aura pu rater l'épisode de "police-réalité" que nous avons tous subi la semaine passée. L'angoisse, la peur, les pleurs nous ont submergés et continuent à le faire. Mais ce qui nous a le plus blessés, le plus anéantis, ce sont les marées de mensonges déversées. Aujourd'hui ce sont nos enfants, demain ce pourraient être les vôtres.

Abasourdis, nous le sommes encore, paralysés nous ne le sommes plus. Les quelques évidences qui suivent tentent de rétablir la vérité et de faire taire la vindicte.

Les interpellés ont à l'évidence bénéficié d'un traitement spécial, enfermés pendant 96 heures, cela devait faire d'eux des personnes hors normes. La police les suspecte d'être trop organisés, de vouloir localement subvenir à leurs besoins élémentaires, d'avoir dans un village repris une épicerie qui fermait, d'avoir cultivé des terres abandonnées, d'avoir organisé le ravitaillement en nourriture des personnes agées des alentours. Nos enfants ont été qualifiés de radicaux. Radical, dans le dictionnaire, signifie prendre le problème à la racine. A Tarnac, ils plantaient des carottes sans chef ni leader. Ils pensent que la vie, l'intelligence et les décisions sont plus joyeuses lorsqu'elles sont collectives.

Nous sommes bien obligés de dire à Michelle Alliot Marie que si la simple lecture du livre L'Insurrection qui vient du Comité Invisible fait d'une personne un terroriste, à force d'en parler elle risque de bientôt avoir à en dénombrer des milliers sur son territoire. Ce livre, pour qui prend le temps de le lire, n'est pas un "bréviaire terroriste", mais un essai politique qui tente d'ouvrir de nouvelles perspectives.

Aujourd'hui, des financiers responsables de la plus grosse crise économique mondiale de ces 80 dernières années gardent leur liberté de mouvement, ne manquant pas de plonger dans la misère des millions de personnes, alors que nos enfants, eux, uniquement soupçonnés d'avoir débranchés quelques trains, sont enfermés et encourent jusqu' à 20 ans de prison.

L'opération policière la plus impressionnante n'aura pas été de braquer cagoulé un nourrisson de neuf mois en plein sommeil mais plutôt de parvenir à faire croire que la volonté de changer un monde si parfait ne pouvait émaner que de la tête de détraqués mentaux, assassins en puissance.

Lorsque les portes claquent, nous avons peur que ce soient les cagoules qui surgissent. Lorsque les portent s'ouvrent, nous rêvons de voir nos enfants revenir.

Que devient la présomption d'innocence?

Nous demandons qu'ils soient libérés durant le temps de l'enquête et que soient evidemment abandonnée toute qualification de terrorisme.

P.S. : Nous tenons à saluer et à remercier les habitants de Tarnac qui préfèrent croire ce qu'ils vivent que ce qu'ils voient à la télé.

---------------------

CONFERENCE DE PRESSE

Communication du comité de soutien aux inculpés de Tarnac
Vendredi, 21 November 2008 - 07:28


Hier, près d'une centaine d'habitants de Tarnac et alentour, voire même de tout le plateau, se sont rassemblés pour partager leurs sentiments sur ce qui s'est passé mardi. Il a été décidé de monter un comité de soutien dont voici la communication.

Elle est lue par Michel Gillabert, installé depuis quelque temps dans la commune voisine de Tarnac a Rempnat.

Communication du comité de soutien aux inculpés de Tarnac

Cela fait déja maintenant trois ans que je viens régulièrement en Corrèze et plus particulièrement sur le plateau de Millevaches, pour y retrouver des amis dans différents lieux, et entre autres au Goutailloux.

L'atmosphère qui a régné hier soir entre nous était un mélange de colère, d'incompréhension, et du sentiment effrayant d'une disproportion, d'une démesure humiliante. A cette occasion, un réel et très émouvant soutien s'est exprimé de la part de beaucoup des habitants de la commune et de ses environs. Il faut dire que les événements de mardi avaient de quoi impressionner. En effet, 150 policiers ont bouclé le village, paralysé la vie communale. Le village a été envahi par une armada de policiers encagoulés, d'un hélicoptère, de chiens renifleurs d'explosifs, de policiers en blouse verte, de préleveurs d'ADN et de journalistes, beaucoup de journalistes.

Les dépêches AFP tombent a 8h30 du matin, comme si les journalistes avaient déja écrit leurs papiers avant d'arriver sur la commune.

Un dispositif antiterroriste mais pas de terroristes pour leur rendre la réplique dans cette pièce de mauvais goût. En effet, quelques heures après, ce que les enquêteurs constatent, ceux qu'ils rencontrent, c'est monsieur et madame tout le monde.

Pourtant les termes sont lachés, comme on lâche des chiens : ultra-gauche, terrorisme, mouvance anarcho-autonome, terroriste, violence, terreur, libertaire, anarchiste, nihiliste, groupuscule, commando, et j'en passe...

Ces termes, dès le début, ont servi à briser la présomption d'innocence, à rendre tout le monde coupable de terrorisme, termes-chocs, qui cristallisent la peur des gens, et masquent une toute autre réalité, partagée ici.

Dans ce contexte, six personnes ont été arrêtées.

Pour le moment, la police cherche à trouver les coupables pour des histoires de catenaires sur les lignes SNCF, pas même ces affaires de plaques en béton sur les rails de trains. On est très loin d'une attaque au gaz dans le métro Parisien. Même le chef de la DCRI a indiqué récemment « qu'il n'y a pas de mise en danger de vies humaines dans cette affaire ».

Mais de quoi s'agit-il ici ? D'une commune qui a accueilli des jeunes, des amis sont venus les voir, certains sont restés, ou reviennent, certains ont repris l'épicerie, d'autres font de l'agriculture, d'autres organisent des activités culturelles, ou comme moi, maitrisent un savoir-faire, la taille de pierre. Les gens se retrouvent sur des échanges de savoirs, des échanges de moyens, des coups de main, chers à la tradition des gens d'ici. Comment peut-on parler de planque ou de clandestinité alors qu'il s'agit d'abord ici de fuir l'anonymat et l'agressivité des métropoles?

Mais ce qui pour nous est important à relever ce soir, c'est le caractère indécent, disproportionné et scandaleux de cette descente policière à Tarnac. Je n'ai pas besoin de répéter qu'on a là affaire à une operation médiatique et politique. Le triomphalisme du gouvernement, la rapidité d'intervention de la police après les sabotages, la disproportion du dispositif policier et médiatique, le flou général qui entoure cette ultragauche « qui ne revendique rien et n'est pas structurée » (Michèle Alliot-Marie) indiquent une volonté de produire du coupable chère à un gouvernement désavoué par ses politiques économiques et sociales qui subissent actuellement une crise sans précédent.

De telles pratiques politiques anti-terroristes ont d'ailleurs déjà été dénoncées, notamment par le syndicat de la magistrature dans un communiqué du 26 juin intitulé La Direction des affaires criminelles voit des terroristes partout. Nous vivons dans une période ou les mouvements sociaux, de plus en plus rares, ne freinent en rien une situation générale qui empire chaque jour. Ces grandes démonstrations de force continuent à alimenter la paranoïa installée en occident depuis le 11 septembre surtout l'orsque la police opère dans le cadre d'une juridiction d'exception (garde à vue prolongée, accès restreint à un avocat, motif d'inculpation et concept judiciaire maléable à merci).

Nous pensons beaucoup a nos amis qui se trouvent enfermés en ce moment, et nous demandons leur libération immédiate et la création de comités de soutien partout.


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : COMMUNICATION DU COMITE DE SOUTIEN AUX INCULPÉS DE TARNAC
Auteur(s) :
Genre : Correspondances
Copyrights : Comité de soutien aux inculpés de Tarnac
Date de mise en ligne :

Présentation

Deux documents produits en soutien aux inculpés de Tarnac, la Lettre ouverte des parents des inculpés du 11 novembre et la Communication du comité de soutien d'habitants de Tarnac et des environs.

Rappel des faits : Le 11 novembre 2008, plusieurs membres d'une communauté basée à Tarnac, dont Julien Coupat, fondateur de Tiqqun, revue philosophique d'inspiration anarchiste et post-situationniste fondée en 1999, ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête sur des sabotages visant le réseau de la SNCF, puis mis en examen et placés en détention provisoire le 15 novembre 2008 sous des chefs d'inculpation relevant de la législation antiterroriste.

Liens extérieurs

Soutien11novembre.org/
Ultragauche.wordpress.com/

Thèmes

Contre-culture
Activisme
Politique

Mots-clés associés

Tarnac
Autonomes
Autonomie
Sébastien Schifres
Extrême-gauche
Alternatifs
Alternatives
Opéraïsme

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Fuck Consensual Reality »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Graphisme Peinture Video Texte Photo Texte Texte Texte Texte