ANN & LUCAS ZPIRA - BODY ART


Enregistrement : Archives de La Spirale (1996-2


Modifications corporelles, modernes primitifs et implants technologiques cyberpunks... Ann et Lucas Zpira de Body Art, un lieu et un site web consacrés aux modifications corporelles, nous parlent de la rappropriation et de la mutation du corps à l'heure du virtuel et des wearable computers, sans oublier Art-Kor.00, la série de contre-événements organisés en Avignon du 1er avril au 31 septembre 2000 en réaction contre l'étalage institutionnel de la Beauté.

Propos recueillis par Laurent Courau.


Présentez-nous Body Art ? Est-ce un site web, un lieu en Avignon ?

C'est une structure que nous avons créée en 1995 ; au départ une simple boutique de piercing , à l'époque il n'y avait aucun lieu exclusivement réservé à ce type d'intervention en dehors de Paris, maintenant c'est un lieu entièrement dédié aux modifications kørporelles, des plus classiques, aux plus radicales, c'est un site web, né de notre collaboration avec l'égographe Gnøme, c'est aussi Léø et Mailli, et, à partir du 1er avril 2000, la Weird Faktøry, un espace de 150 m2 réservé aux expositions et aux performances.

Quelles sont les origines de la résurgence du piercing et des modifications corporelles dans le monde occidental ? J'ai lu que ces pratiques étaient dans un premier temps réapparues dans les milieux homosexuels sadomasochistes américains...

Nous sommes dans une phase de rappropriation du kør ; C'est la fin du kør à l'image d'un dieu auquel plus grand monde ne croit. Si les homos S.M. américains ou autres, se sont appropriées ces pratiques c'est peut-être parce que leur façon d'appréhender le kør les avait déjà préparés au bûcher et qu'ils n'étaient pas très effrayés par l'idée de douleur… Mais c'est surtout Fakir Musafar, qui, le premier a véritablement introduit le piercing en occident.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans ces pratiques ?

La force du symbole gravé à même la peau.

Si ma mémoire est bonne, je crois que Lucas disait dans l'interview que vous aviez accordé à CyberZone que ça lui avait quasiment sauvé la vie...

"Dans le chaos originel , l'ordre est déjà présent !?". Il a fallu que je mette de l'ordre, que je retaille ce costume que je trouvais un peu trop étroit.

Comment vit-on le port de ses modifications au quotidien ? Est-ce qu'il y a encore un risque de se retrouver totalement marginalisé. Et est-ce que vous sentez une évolution des moeurs, un changement dans le regard des gens ?

Comme beaucoup de gens " différents (?) " nous n'avons pas de problèmes dans notre ville où nous sommes socialement bien intégrés (nous avons une petite fille, une boutique etc.). Les problèmes commencent quand nous sortons de cette environnement. La plupart des gens ont du mal à admettre que l'on puisse vivre comme ça. La méfiance s'installe souvent quand ce n'est pas carrément l'agressivité. On pourrait écrire un livre d'anecdotes sur le sujet. Il y a deux ans, nous voulions même créer une association contre la discrimination dont sont victimes les gens portant des modifications kørporelles ! Evidemment, les mœurs évoluent, mais des pays comme la France restent très traditionalistes. En Avignon ,on nous prend pour des excentriques, ailleurs pour des malades !

Le terme " tribal " revient fréquemment dans l'univers du piercing et des modifications corporelles. Est-ce que vous avez le sentiment d'appartenir à une tribu ? Il semblerait en tous cas et d'après ce qu'on peut voir sur Internet qu'il y ait un réseau international très bien structuré...

Grâce à Internet tout les gens qui pratiquent des modifications kørporelles extrêmes se connaissent plus ou moins. Dans beaucoup de pays occidentaux , tout ce qui concerne le sujet est censuré. En France, des livres comme celui sur Bob Flanagan, aux éditions RE-Search ou Body Alchemy de Loren Cameron par exemple, sont interdits à l'importation par le ministère de l'intérieur et ceux qui ne le sont pas restent introuvables... Le web est rapidement apparu comme le seul moyen de parler librement de notre travail. Cela fait de nous une communauté d'intérêts, pas une tribu.

Les modernes primitifs insistent sur l'importance des rituels. Qu'est-ce que peuvent apporter ces rituels à des individus vivant au sein nos sociétés industrialisées et informationnelles ?

Les choses ne sont pas vraiment différentes des sociétés primitives. Nous sommes a l'aube de l'ère du virtuel, de l'imaginaire, du data flesh comme le nomme Kroker, primitifs comme en leurs temps les hommes du réel, du palpable, de chair, découvrant un monde que personne n'a encore exploré. Pour nous comme pour eux les rituels posent des repères, redéfinissent l'individu.

Avez-vous vous-mêmes participés à ces rituels ? Et si c'est le cas, pourriez-vous nous en parler ?

Nous réalisons parfois des scarifications en public. Elles prennent un autre sens, une autre profondeur. David Le Breton nous explique que "toute douleur (dans un cadre rituel) induit la métamorphose, elle projette dans une dimension inédite de l'existence, elle ouvre en l'homme une métaphysique qui bouleverse l'ordinaire de sa relation avec les autres et au monde".

Ne pensez-vous pas que certaines pratiques peuvent dévier vers de l'autodestruction ? On peut s'interroger par exemple sur les cas d'ablations qu'elles soient génitales ou autres, certainement les modifications qui frappent le plus l'imagination...

Nous travaillons sur la mutation non sur les mutilations. Nous n'approuvons pas tout ce qui ce fait sur le kør, comme, je pense, tu ne dois pas approuver tout ce qui ce fait sur le net.

A quoi attribuez-vous le récent engouement des médias et d'une partie du public pour le piercing et l'intérêt croissant des milieux de la mode et de l'image pour les modifications corporelles ? De quel oeil voyez-vous cet reconnaissance, plutôt comme un hommage ou comme de la récupération ?

Les médias, les directeurs de marketing vendent du rêve ; l'idée de liberté, d'accomplissement de soi et d'évasion de la réalité sont des thèmes qui leur sont chers. De la même façon qu'ils nous ont montré des gens éternellement jeunes, beaux, au sourire permanent, alors que nous étions dans une société en crise, où les gens faisaient la gueule, et où l'espérance de vie augmentait a la vitesse où les naissances diminuaient, ils nous montrent maintenant des gens libre d'être comme ils le désirent alors que nous sommes dans une société de plus en plus uniformisée et conformiste… C'est de la récupération. Nous essayons de les utiliser autant qu'ils nous utilisent.

Il semblerait qu'il y ait aujourd'hui deux tendances distinctes dans le domaine des modifications corporelles, celle des modifications rituelles traditionnelles et celle, plus futuriste, des implants et des extensions corporelles dans la lignée de Stelarc...

Oui ; il y a principalement, les "moderne primitifs" qui dans la lignée de Fakir Mussafar travaillent sur les modifications telles qu'elles pouvaient être pratiquées au niveau tribal, le dépassement de soi, les stretchings, les performances de suspensions ou les balls dances, et les " cyberpunks " (au sens Laery-tien du terme) nourris au cd-rom et a la bande dessinée qui considèrent plus le kør comme un simple véhicule de l'esprit et sont surtout attirés par le wetware, l'interface kør/machine, "récupérant les technologies au profit de leurs objectifs, de leur plaisir ou de leurs intérêts et de leur développement personnel" (Timothy Leary).

Nous préférons dans notre cas par aider l'arbre à pousser, que d'en contempler les racines...

Avez-vous entendu parler du projet d'une banque canadienne qui consistait à implanter des cartes à puces dans les poignets de ses clients ? Que pensez-vous de l'avenir de ce type d'applications ? L'implantation de minuscules équipements électroniques me semble être une progression logique de la miniaturisation de ce genre d'appareils...

Oui, déjà beaucoup de projet sont a l'étude. On a pu voir récemment le très médiatique implant du professeur Warwick lui permettant d'interagir avec son environnement. Un neurologue (Kennedy) et un informaticien (Moore) de l'université d'état de Géorgie viennent de connecter un ordinateur sur la pensée, le MIT a un département entièrement dédié aux "Wearable Computers" dirigé par Sandy Protland qui affirme que "les ordinateurs vont s'intégrer a tous les aspects de notre vie quotidienne. Ils augmenteront notre perception de l'environnement, notre mémoire, notre savoir, et donc nos compétences, notre habileté sociale, notre confiance en soi, notre puissance", l'armée travaille sur des implants permettant de localiser les soldats blessé ou égarés, etc… Et nous, nous sommes à la recherche d'un petit génie capable de nous aider a mettre au point un implant technologique fiable.

Comment voyez-vous l'évolution des modifications corporelles dans le monde occidental durant les années à venir ? Le piercing est rapidement rentré dans les moeurs, il y est peut-être même mieux accepté aujourd'hui que le tatouage. Quelles seront à votre avis les prochaines étapes ?

L'avenir est aux implants technologiques. La technologie va devenir un des composant de notre kør. On pourra bientôt lui "rajouter des options comme on le ferait à une machine". Le tout est de garder le libre choix de ces options.

Où et comment vous imaginez-vous dans vingt ou trente ans ?

Quelque part entre ici et ailleurs, différents et plus vieux.

Pour terminer, parlez-nous d'Art-Kor.00, la série d'événements que vous organisez en Avignon durant l'année 2000...

C'est un contre-événement. Avignon est une des capitales culturelles de l'an 2000 ( ! ) 58 millions de francs y ont été attribués à la beauté... Comme le P.L.O.U.C (c'est sous ce nom que sont signées les affiches que l'on peut voir sur quelques murs de la ville), on trouve que "ça fait un peu cher le lifting culturel ".

Pour en savoir plus sur Body Art et Art-Kor.00, le communiqué de presse de Art-Kor.00 :

L'art est retombé aux mains d'une certaine aristocratie qui, si elle ne censure plus les contre-cultures, les ignore. Elle se nourrit de ses propres déchets produisant ainsi un art insipide et consensuel. C'est face à cette culture autophage que les contres cultures prennent tout leur sens.
Lucas Zpira

Art-Kor.00 se déroulera en Avignon du 1er avril au 31 septembre. Cet événement, le premier du genre, sera consacré exclusivement aux modifications kørporelles et aux implications philosophiques, idéologiques et légales qui en découlent. Cet événement se veut, une base de réflexion, une occasion de rencontres entre artistes et chercheurs, membres actifs ou simples observateurs d'un mouvement en pleine expansion. Evolution logique ou véritable mutation ? La remise en question est posée.

Cet événement n'étant pas commercial, les artistes, performers et conférenciers ont acceptés de ce joindre a cette aventure en échange du seul "gîte et couvert" que nous pouvions leur accorder.


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : ANN & LUCAS ZPIRA - BODY ART
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : La Spirale.org - 1996-2008
Date de mise en ligne :

Présentation

Ann & Lucas Zpira - Une interview tirée des archives de La Spirale.

A propos de La Spirale : Née au début des années 90 de la découverte de la vague techno-industrielle et du mouvement cyberpunk, une mouvance qui associait déjà les technologies de pointe aux contre-cultures les plus déjantées, cette lettre d'information tirée à 3000 exemplaires, était distribuée gratuitement à travers un réseau de lieux alternatifs francophones. Sa transposition sur le Web s'est faite en 1995 et le site n'a depuis lors cessé de se développer pour réunir plusieurs centaines de pages d'articles, d'interviews et d'expositions consacrées à tout ce qui sévit du côté obscur de la culture populaire contemporaine: guérilla médiatique, art numérique, piratage informatique, cinéma indépendant, littérature fantastique et de science-fiction, photographie fétichiste, musiques électroniques, modifications corporelles et autres conspirations extra-terrestres.

Liens extérieurs

Body-art.net/

Thèmes

Modifications corporelles
Mutation
Underground

Mots-clés associés

Lukas Zpira
Body Art
Modifications corporelles
bodmod
piercing
scarification
tatouage

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Fuck Consensual Reality »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Graphisme Texte Texte Graphisme Texte Video Photo Texte Photo