VALENTIN LACAMBRE - ALTERN.ORG


Enregistrement : Archives de La Spirale (1996-2005)

Créateur d'Altern, un service d'hébergement gratuit de sites web, porte-drapeau d'un web citoyen et défenseur des libertés individuelles, Valentin Lacambre se définit lui-même comme un artisan informaticien. Il nous dresse un état des lieux plutôt sombre de la législation française et de l'influence de la nouvelle économie sur les réseaux informatiques.

Propos recueillis par Laurent Courau.


Comment vous sentez-vous dans le rôle de porte-drapeau d'un web citoyen, rôle dont vous avez écopé depuis notamment l'affaire Estelle Hallyday ?

Fatigué.

Quels sont vos rapports avec les excités de la nouvelle économie ? Avez-vous reçu des propositions de rachat ou de partenariat suite à votre visibilité sur les médias francophones ? L'idée est d'ailleurs assez amusante...

J'ai entendu dire que des groupes de fanatiques parlaient depuis peu une novlangue étrange; « ca baise mais les fondamentaux sont bons », « j'ai monté un BP pour une start-up en SAS », ...

Avez-vous le sentiment d'avoir été écouté par les personnalités du monde politique et des médias que vous avez eu l'occasion de rencontrer ? Quelles furent les plus réceptives et les plus progressistes ? Et inversement quels sont selon vous les pires ennemis des libertés individuelles sur les réseaux ?

Le pire ennemi de la liberté aujourd'hui est le parti socialiste qui s'apprête à voter le 15 juin l'obligation pour tous les internautes de s'identifier sous peine de prison auprès des entreprises privées fournisseur d'Internet. Hier le gouvernement russe a déclaré vouloir reprendre dans sa législation cette innovation française.

De mes rencontres avec les politiques et les média je n'en retiens pas un. Certains sont pires que les autres, dans tous les cas les citoyens ne font pas partie de leur clientèle. Il y a dans les média institutionnels quelques rares journalistes de la presse papier, d'autant plus respectables que leur rédaction ne les pousse vraiment pas à rédiger des articles de fonds.

Question malheureusement devenue trop habituelle, où en êtes-vous de vos démêlées avec la justice ?

L'affaire Calimero est en appel; le juge avait cru bon de m'interdire d'écrire la phrase « c'est trop injuste ».

Est-ce qu'au final tous ces ennuis n'en valaient pas la peine ? On peut se dire que ça a pas mal contribué à faire avancer le débat sur la législation de l'Internet et en même temps dirigé les projecteurs sur Altern ?

Le débat sur Internet n'a jamais eu lieu et le résultat sera selon toute vraisemblance la pire législation en terme de liberté individuelle jamais votée dans ce pays si on met de coté la parenthèse dictatoriale des années 40. Et Altern.org ne va pas fort, je ne peux aujourd'hui accepter de nouveaux utilisateurs sans leur demander leur carte d'identité, ce a quoi je me refuse. Et si l'amendement Bloche est voté dans sa rédaction actuelle, je devrais arrêter ou me transformer en auxiliaire de police.

Donc mon action a été plutôt néfaste en fait. Ou plutôt mon action a été inutile vu que les intérêts économiques en jeu sont beaucoup plus puissant que le pourtant nécessaire respect de la liberté individuelle des citoyens.

Internet est passé dans l'imaginaire collectif du statut de repaire de terroristes nazis et de satanistes pédophiles à celui de nouvel Eldorado pour les jeunes diplômés des écoles de marketing. Quelle est votre vision du réseau ?

Internet est le contrepouvoir indispensable à notre société face au fichage généralisé et à la globalisation des économies. Si les entreprises ont tous les droits, le minimum est que ça se sache et c'est pas TF1 qui va nous en parler.

Où en est votre projet de céder à plusieurs structures associatives ou plus généralement non commerciales, des centres serveurs de publication utilisant les logiciels d'Altern ?

C'est ce qui sera fait avec Altern lui-même si la nouvelle législation est votée, sous la forme du premier centre serveur autogéré par ses utilisateurs. (ce qui signifie que la propriété de Altern sera transférée à ses utilisateurs).

Que pensez-vous de la proposition de loi du député Patrick Bloche ? J'ai lu sur le site La Défaite de l'Internet que la troisième série d'amendements supprimait l'obligation de déclaration préalable à l'ouverture d'un site Web et dégageait les hébergeurs de leur rôle de censeurs ?

L'obligation de déclaration préalable au tribunal est remplacé par l'obligation de déclaration préalable auprès des entreprises privées. Les sanctions pour fausse déclaration passent de 5000 francs à 6 mois de prison. Les hébergeurs et les fournisseurs d'accès devront collecter les données personnelles avant toute utilisation de leurs services et les tenir à la disposition de la justice (tout en pouvant les exploiter commercialement par ailleurs).

Les hébergeurs devront aussi fermer les sites web sur simple mise en demeure d'un tiers.

Comment voyez-vous le futur des réseaux informatiques ? Est-ce qu'on ne va pas simplement voir les choses se réguler d'elles-mêmes ? Ne pensez-vous pas que le délire spéculatif autour de la nouvelle économie va se calmer un peu et qu'on verra, même lentement, une législation internationale adaptée se mettre en place? Même si ça demande entre-temps pas mal de vigilance et d'efforts...

Je pense qu'on va passer un sale quart d'heure et que les états vont resserrer leur législation à la limite de ce qui est tolérable dans une démocratie. Ce qui ce passera après dépendra de la capacité des multinationales à prendre définitivement le contrôle des états.

Aujourd'hui je vois l'avenir entre 1984 et Sur l'Onde de Choc.

Qu'est ce qui vous motive encore pour lancer de nouveaux services et notamment créer Gandi, un service d'enregistrement de noms de domaine à prix coûtant ? Ce dernier risque d'ailleurs d'ennuyer quelques sociétés...

Gandi.net a pour objectif de permettre à chacun d'acquérir son indépendance sur le réseau. En facturant les nom de domaines au plus bas et en facilitant les démarches nécessaires à leur acquisition on permet aux individus d'agir sur Internet sous leur propre nom plutôt que sous celui de leur prestataire technique.

Le plus gêné par cette activité est encore un fois le gouvernement, qui contrôle l'organisme attribuant les domaines .fr. En effet jusqu'à cette année seul les entreprises pouvaient enregistrer leur nom de domaine .fr (c'etait interdit aux individus). En cinq ans seulement 63000 domaines .fr ont été réservés, à comparer avec 1200000 domaine .de, ou encore les 40000 domaines réservés par Gandhi en trois mois.


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : VALENTIN LACAMBRE - ALTERN.ORG
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : La Spirale.org - 1996-2008
Date de mise en ligne :

Présentation

Valentin Lacambre, Altern.org - Une interview tirée des archives de La Spirale.

A propos de La Spirale : Née au début des années 90 de la découverte de la vague techno-industrielle et du mouvement cyberpunk, une mouvance qui associait déjà les technologies de pointe aux contre-cultures les plus déjantées, cette lettre d'information tirée à 3000 exemplaires, était distribuée gratuitement à travers un réseau de lieux alternatifs francophones. Sa transposition sur le Web s'est faite en 1995 et le site n'a depuis lors cessé de se développer pour réunir plusieurs centaines de pages d'articles, d'interviews et d'expositions consacrées à tout ce qui sévit du côté obscur de la culture populaire contemporaine: guérilla médiatique, art numérique, piratage informatique, cinéma indépendant, littérature fantastique et de science-fiction, photographie fétichiste, musiques électroniques, modifications corporelles et autres conspirations extra-terrestres

Liens extérieurs

Altern.org/
Gandi.net/
Wikipedia.org/wiki/Valentin_Lacambre

Thèmes

Activisme
Nouveaux médias
Cyberculture
Politique

Mots-clés associés

Valentin Lacambre
Altern.org
Activisme
Internet
Web

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Cyberpunk Is Not Dead »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Texte Graphisme Texte Texte Video Texte Graphisme Photo Photo