FARRAH - STORM MEDIA PRODUCTION


Enregistrement : Archives de La Spirale (1996-2005)

Artiste numérique, réalisatrice digitale et grande amie de La Spirale, FarraH enchante nos globes oculaires avec ses créations numériques.

Les amateurs d’images de synthèse se souviendront certainement de son générique hors-normes pour l’émission l’Oeil du Cyclone sur Canal +, une création pour laquelle elle reçut un prix au festival Imagina. Vous êtes chaudement invités après avoir lu cette interview à visiter le site de Storm Media Production ainsi que son exposition dans la galerie de la Spirale.


Propos recueillis par Laurent Courau.



Peux-tu nous présenter Storm Media Production…

Storm Media Production existe depuis 7 ans et se compose de Ana Matoso (gérante), José Barinaga (musique) et FarraH (images). Nous privilégions la créativité dans tous les cas, même s’il est parfois difficile de faire tourner une société en France en 2000. Notre approche «artisanale» de la musique électronique et de l’image de synthèse fait la différence (c’est d’ailleurs notre seul cheval de bataille). Nous définissons Storm comme un atelier/salon, où nous travaillons (beaucoup), mais où nous vivons aussi avec des amis qui passent par exemple à l’heure de l’apéro…

Comment définirais-tu ton travail ? Créatrice d’images de synthèse, artiste numérique, réalisatrice digitale ?

Les trois (et en plus j’ai les seins thètiques).

Tu utilises depuis longtemps les ordinateurs pour tes créations et vous faisiez partie, José et toi, des premiers acheteurs français de synthétiseurs. Parles-nous de vos débuts avec les machines…

La documentation de notre premier synthé était en japonais, ça situe un peu dans le temps (préhistorique)… Les machines à sons se sont démocratisées plus vite que les machines à images, mais dans les deux cas, les outils électroniques sont les seuls instruments capables de reproduire les techniques connues (graphiques et sonores), et d’ajouter une ou plusieurs dimensions (3D, 4D… pour l’image, une palette de sons incroyable, la gestion unique de tous les instruments d’un « orchestre » … pour la musique, par exemple). La notion d’original (comme en peinture), n’existe plus (ni sur l’écran, ni sur disque dur), c’est le CHOIX, c’est le grand RE-mix.

Quel type de matériel utilises-tu aujourd’hui pour créer tes images et réaliser tes films ?

PC (j’adore, mais je regrette encore l’Amiga et l’état d’esprit qui gravitait autour de cette machine…). Je ne rentrerai même pas dans la polémique « Mac/PC », quand à Silicon Graphics, je leur vomis encore dessus.

Quels sont les créateurs, tous supports et médias confondus, dont tu te sens proche aujourd'hui ? Tu collabores régulièrement avec d’autres réalisateurs et je sais que tu te sens proche de la mouvance Techno et des musiques électroniques…

José Barinaga (au sens propre), Laurent Courau, Marc Caro, Jean Baptiste R&K, Lefdup & Lefdup, Ru Paul, Jan Kounen, Nicolas Degennes, Phil Von, Speedy & DeLuxe, Underworld, Xitron… (dans l’autre sens).

Nous sommes nombreux à avoir repérés tes créations pour les chaînes de télévision françaises, notamment tes génériques et tes habillages pour la première génération de l’émission l’Oeil du Cyclone et pour les Nuits Gay de Canal +, ou ta participation à l’incroyable Mister X… Est-ce vrai qu’il faut coucher pour réussir dans les milieux de la télévision ?

Malheureusement NON !!!

Parles-nous des auto-fucks et de tes autres créatures digitales…

Les auto-fucks sont des créatures parfaites et autonomes (elles). C’est étonnant car, en général, je préfère les objets mous et informels (en 3D uniquement). La 3D a tellement eu la réputation « d’image froide et sans vie » que j’ai au début, essayé de rendre mes images plus chaudes. Je n’ai jamais voulu reproduire la réalité en 3D, au contraire. La couleur, la vitesse, la positivité et surtout la synchro parfaite avec le son, sont les principaux ingrédients de ma recherche.

Quelles sont les réalisations récentes de Storm Media Productions et quels sont tes prochains projets artistiques ? Je sais que vous avez travaillé entre autres choses sur l’habillage de la Nuit Gay 2000 de Canal +…

Oui, c’est la dernière réalisation image/son de Storm. Pour une fois, l’essentiel de ce projet n’est pas 3D, mais post-production et effets spéciaux. Ô Mots, c’est le nom de cet habillage, a été réalisé par J.B R&K, avec qui c’est réellement un plaisir de travailler. Des projets web, générique TV et de musique Balinaise-synthètique pour José.

Le thème de la Gay Pride 2000 est la lutte contre l’homophobie. Es-tu confrontée à ce problème que ce soit dans le travail ou dans la vie de tous les jours ?

Dans le travail, non, mais évidemment oui, dans la vie de tous les jours.

De manière plus générale, quelles sont les réactions des gens au quotidien ?

Extrêmes. Dans les deux sens, Amour ou rejet total.

En parlant de ces questions d’identité, comment où te situes-tu toi-même ? Est-ce que tu as par exemple le sentiment de faire partie d’une communauté, qu’elle soit homosexuelle ou autre…

Je suis née sur Terre, c’est la seule communauté qui me corresponde. Je suis une femme du troisième millénaire…

As-tu le sentiment que les mentalités changent et que la société française évolue vers plus d’ouverture et de tolérance ?

Des jours oui, des jours non. Tout est très lent, je n’ai pas de temps à perdre.

Quel sont tes vœux les plus chers pour ce nouveau millénaire ?

Que l’opération chirurgicale de remplacement de sexe soit totale (avec organe de reproduction). Vaincre les maladies, les problèmes de cœur, de fric, de cul, le froid et arrêter d’enfoncer les portes ouvertes.

Une petite contrepèterie pour la route ?

Je vous laisse le choix dans la date.


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : FARRAH - STORM MEDIA PRODUCTION
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : La Spirale.org - 1996-2008
Date de mise en ligne :

Présentation

Farrah, Storm Media Production - Une interview tirée des archives de La Spirale.

A propos de La Spirale : Née au début des années 90 de la découverte de la vague techno-industrielle et du mouvement cyberpunk, une mouvance qui associait déjà les technologies de pointe aux contre-cultures les plus déjantées, cette lettre d'information tirée à 3000 exemplaires, était distribuée gratuitement à travers un réseau de lieux alternatifs francophones. Sa transposition sur le Web s'est faite en 1995 et le site n'a depuis lors cessé de se développer pour réunir plusieurs centaines de pages d'articles, d'interviews et d'expositions consacrées à tout ce qui sévit du côté obscur de la culture populaire contemporaine: guérilla médiatique, art numérique, piratage informatique, cinéma indépendant, littérature fantastique et de science-fiction, photographie fétichiste, musiques électroniques, modifications corporelles et autres conspirations extra-terrestres.

Liens extérieurs

Diod.org/
Farrah.biz/

Thèmes

Arts numériques
Cyberculture
Queer

Mots-clés associés

Farrah
Storm Media Production
3D
Images numériques
Images digitales

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Vingt-trois »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Texte Peinture Photo Peinture Photo Photo Texte Photo Peinture