HILLY KRISTAL « CBGB & OMFUG »


Enregistrement : Archives de La Spirale (1996-2008)

Qui imaginerait en voyant Hilly Kristal, ce cousin new-yorkais des Freak Brothers, qu'il s'agit du fondateur et du propriétaire du CBGB, le club miteux du Lower East-Side new-yorkais où débutèrent Patti Smith, Blondie, Television, Suicide, les Talking Heads et les Ramones ?

Un lieu où s'est façonné un pan entier de la pop culture de ces dernières décennies, depuis les prémices du mouvement punk au milieu des années 70 jusqu'aux fameuses Hardcore Matinees de la fin des années 80, avec les Cro Mags, Agnostic Front, Gorilla Biscuits et Youth of Today. Un mythe et une légende dont témoignent à elles seules les innombrables couches successives de graffitis des murs des toilettes du sous-sol qui ne paraissaient pas avoir été repeints depuis 1973.

Suite à une dispute d'ordre économique avec le propriétaire des murs, le CBGB a fermé ses portes en octobre 2006. Un évènement symbolique qui entérina définitivement l'embourgeoisement d'un quartier autrefois bohème, bientôt suivi par Hilly Kristal qui décédera le 28 août 2007.


Propos recueillis par Frédéric Audran.


Comment est-ce ça a commencé ?

Ca a démarré en décembre 1973 quand j'ai eu l'idée de me lancer dans la Country, le BlueGrass et le Blues. Ce que signifiait les initiales « CBGB ». A côté de ça, il y a avait tout un paquet de groupes qui n'avaient aucun endroit où se produire. Ils traînaient dans le coin, jouaient dans leur cave. J'ai commencé à les faire programmer en même temps que les groupes de country qui n'étaient pas nombreux à cette époque. En ce qui concerne New York du moins? De nombreux groupes devaient venir d'aussi loin que le Maine et de coins comme la Pennsylvanie, la Virginie ou la Caroline du Nord. Mais ces groupes de rock étaient là eux, et ils n'avaient pas d'endroits où jouer. Les clubs ne voulaient pas les laisser jouer leur musique.

Il a fini par y avoir tellement de groupes que j'ai décidé de ne laisser jouer que ceux qui faisaient cette nouvelle forme de rock. Les gens en ont entendu parler et le bouche à oreille a fait son chemin. J'ai soutenu ce mouvement pendant un an et demi, deux ans car ça ne générait pas assez d'argent à cette époque pour être rentable. Jusqu'à ce que ça marche et que nous ayons eus des groupes comme Television, Patti Smith, les Talking Heads, les Shirts, les Ramones et Blondie?

Nous venions d'avoir Patti Smith durant sept semaines d'affilée lorsque j'ai décidé d'organiser un festival des quarante meilleurs groupes du coin qui n'avaient pas encore enregistrés. Ca s'est terminé avec 70 ou 80 groupes. J'avais pris des pages de publicité dans le Village Voice et un paquet d'autres journaux. Des tonnes de journalistes et de photographes sont venus des quatre coins du monde, d'Europe, du Japon et de tout le pays. Je crois qu'il n'ont pas réalisés le nombre de groupes qui jouaient.

Vous avez l'impression qu'il y a une sorte de revival punk en ce moment ? Que cette scène se renforce ?

Je pense que ça change tout le temps. Tout n'était pas punk à l'époque, peu d'entre eux étaient punk mais on a voulu appeler ça punk. Ils peuvent appeler ça comme ils veulent. C'est vraiment différent pour chaque artiste.

Vous voyez, c'est devenu vraiment important avec ce qu'ils ont appelé le rock alternatif qui était basé sur le punk et d'autres trucs. Et maintenant il y a un espèce de mélange de tout ça, nous avons beaucoup de musique acoustique, ce que j'aime beaucoup.

Nous avons ouvert une galerie juste à côté où nous organisons des expositions de jeunes artistes tous les mois. Et nous avons de la musique acoustique, d'autres styles de musique, tout ce qui n'est pas trop dur, certains ont une base plus jazz. C'est tout aussi intense mais moins dur et moins puissant. Nous avons aussi un nouvel endroit « lounge » au sous-sol où nous organisons des soirées spéciales. Nous avons tous les genres de musique : World Music, etc.

Des groupes du coin ?

Des groupes d'un peu partout. Nous avons deux nouveaux groupes sur le label. Leurs disques vont sortir dans les semaines à venir. Il y a un trio féminin assez punk, un groupe très dur. Un autre qui s'appelle Reconstruction. Ils sont de Puerto Rico. Ca fait un peu penser à une version latino de Rage Against The Machine. Ils sont tous deux excellents, vraiment excellents.

Et il y aussi un groupe allemand avec une chanteuse française (Linda Potatoes). Nous allons sortir leur disque ici et en Europe. Ils sont vraiment bons, plutôt pop-punk. Ils sont très forts sur scène.

Comment faites-vous pour découvrir ces groupes ? Ils vous envoient des cassettes ?

Ils envoient leurs bandes. Ils viennent ici. Je vois des choses. Je me suis promené en Europe où j'ai vu quelques bons groupes. Des amis m'appellent pour me parler des groupes intéressants qu'ils ont pu voir.

On m'a récemment téléphoné de Budapest pour me demander de venir. Je leur ai dis que c'était sympa mais que je préférais qu'ils m'envoient une cassette. Mais nous avons des groupes de partout, de France, de Belgique, de Hollande, de vraiment partout.

Vous vous intéressez à la musique électronique ?

La musique électronique live. Je n'aime pas voir trop de machines ici. Je n'aime surtout pas voir un chanteur sur un fond de bande préenregistrées. Ca ne correspond pas à ce que nous voulons faire ici. Il existe d'autres endroits pour ça. Mais j'aime vraiment beaucoup de choses dans la musique électronique.

J'aime la musique dansante, la dance music, si ça ne reste pas constamment la même chose, si ça ne devient pas répétitif. Auquel cas, je trouve ça ennuyeux. Je sais qu'il est agréable de danser dessus mais ce genre de musique ne véhicule pas grand-chose en dehors d'être dansante. Je préfère d'autres choses comme les mélanges de techno et de musique industrielle. Il y a là-dedans des trucs très spéciaux et vraiment bons.

Je travaille actuellement avec Certain General un groupe qui avait sorti quelques disques dans le temps. Je pense d'ailleurs qu'ils ont quelques projets en France. Nous allons rééditer tout ce qu'ils avaient faits dans le passé ainsi que de nouvelles choses. Ils sont de nouveau ensemble. C'était vraiment un groupe merveilleux, ils ont souvent joués ici. Ils ont également des activités artistiques, ils peignent. De nombreux peintres et de nombreux artistes sont connectés avec la scène musicale. C'est quelque chose de très intéressant.

Il semblerait quand même que les jeunes écoutent de plus en plus de techno ? Ca vous énerve ?

Je crois que tout le monde s'intéresse à la techno. Mais la pop devrait aussi faire un come-back. Une partie de la techno industrielle est excellente mais il y a quand même trop de choses médiocres en techno. Tout le monde copie tout le monde. La techno est très importante en Europe, ici aussi ainsi que dans certains coins de l'Asie ? Je crois qu'il y a de la place pour tout le monde.

Quel type de public vient ici pour les concerts ?

Des membres de groupes, des fans et plus généralement des gens qui veulent entendre de nouvelles choses. Nous avons plutôt des trucs durs au CBGB. Nous organisions les Hardcore Matinees*, nous organisons toujours des concerts de hardcore. Il y a un excellent groupe féminin, les Wives, qui vient souvent au CBGB, un groupe de filles très dur. Super et d'excellentes musiciennes.

* Concerts légendaires du dimanche après-midi au CBGB où se succédèrent tous les groupes de la vague hardcore new-yorkaise de la fin des années 80 : Agnostic Front, Youth of Today, Gorilla Biscuit, etc.

Les disques de votre label sont bien distribués ?

Oui, ils sont distribués ici et je suis en train de négocier avec différentes compagnies européennes. J'ai un distributeur dans l'Illinois appelé NS et quelques autres. Il m'en faudrait peut-être encore quelques-uns mais je ne suis pas trop sur.

C'est difficile de réussir pour un groupe à New York ?

C'est difficile, mais ça l'est bien sur moins si vous êtes bon ! Il y a des centaines et des centaines de groupes. Bien que j'ai le sentiment que la plupart d'entre eux fassent le mauvais choix et se lancent dans une sorte de compétition pour s'attirer un maximum d'attention, certains paraissent exceptionnels. Il en y a qui valent vraiment le coup et devraient être entendus.

De nombreux groupes ont commencés ici. Est-ce qu'il reviennent par la suite ?

Bien sur. Un grand nombre sont revenus pour notre vingtième anniversaire, Mac Deveigh, The Shirts, Helmet, Patti Smith était encore récemment ici. Blondie se reforme. On espère qu'elle va revenir. Ils sont merveilleux. Ils avaient commencés ici il y a très longtemps. Les Fleshtones reviennent. Il arrive que ce ne soit pas annoncé mais ils reviennent. Michael Shocks, Degeneration...

Vous pensez que c'est bien de débuter à New York pour un groupe ?

Non, la vie est trop chère à New York. C'était plus facile dans les années 70 avec la récession. La vie était moins chère. Aujourd'hui, lorsque vous voulez répéter, ça vous coûte 16 ou 18 dollars de l'heure. Vous avez besoin de répéter et d'un endroit pour ça. C'est très cher. Si vous vivez dans une petite ville, il est largement préférable d'y rester et de faire des allers-retours réguliers à New York. Venir jouer ici peut être intéressant à partir d'un certain niveau. Mais vous pourrez appeler toutes les maisons de disque pour leur dire que vous venez jouer ici, ils vous dirons tous qu'ils seront là et personne ne viendra au final. Il reste encore quelques personnes qui s'intéressent aux nouveaux talents mais les compagnies ne recherchent que le profit.

Que pensez-vous de MTV ?

Je ne pense pas qu'ils fassent quoi que ce soit de très intéressant dans ce pays. Ils nous ont beaucoup aidés dans les années 80 mais ne s'intéressent plus qu'à leur programmation aujourd'hui, sans pour autant vraiment programmer de musique.

Est-ce que le CBGB a un site web ?

Oui. Nous commençons d'ailleurs à diffuser des concerts en direct sur notre site, le meilleur de ce qui joue au Club, le meilleur de ce qui se passe à la Galerie, de nouvelles choses. Je pense qu'il est important que les gens puissent écouter autre chose que les noms connus.

Comment voyez-vous l'Internet ?

Je pense qu'Internet va rapidement devenir une solution. Je n'aime pas mettre d'étiquettes mais c'est parfois nécessaire. Disons que je suis d'humeur pour écouter un genre précis de musique, du speed metal ou du rock accoustique et supposons que vous avez 30 ou 40 catégories de musique et que personne ne sache à quoi elles ressemblent? Avec Internet les gens pourront écouter et décider par eux-mêmes si ils aiment ou pas. Ils ne pourront pas écouter tout ça à la radio parce que les radios n'ont pas la place pour jouer tous ces trucs. Ca va donc aider les gens à s'ouvrir vers de nouvelles choses en leur donnant la possibilité de les découvrir. Des choses dont ils n'auraient jamais entendus parler. Je pense qu'Internet sera très intéressant pour les gens qui sont à la recherche de nouveaux sons.


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : HILLY KRISTAL « CBGB & OMFUG »
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : La Spirale.org - 1996-2008
Date de mise en ligne :

Présentation

Hilly Christal, CBGB - Une interview tirée des archives de La Spirale.

A propos de La Spirale : Née au début des années 90 de la découverte de la vague techno-industrielle et du mouvement cyberpunk, une mouvance qui associait déjà les technologies de pointe aux contre-cultures les plus déjantées, cette lettre d'information tirée à 3000 exemplaires, était distribuée gratuitement à travers un réseau de lieux alternatifs francophones. Sa transposition sur le Web s'est faite en 1995 et le site n'a depuis lors cessé de se développer pour réunir plusieurs centaines de pages d'articles, d'interviews et d'expositions consacrées à tout ce qui sévit du côté obscur de la culture populaire contemporaine: guérilla médiatique, art numérique, piratage informatique, cinéma indépendant, littérature fantastique et de science-fiction, photographie fétichiste, musiques électroniques, modifications corporelles et autres conspirations extra-terrestres

Liens extérieurs

Cbgb.com/
Wikipedia.org/wiki/CBGB

Thèmes

Musiques
Vie nocturne
Pop culture

Mots-clés associés

CBGB
Hilly Christal
Musique
Punk
Punk rock
Hardcore
Ramones
Blondie
Patti Smith

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Cyberpunk Is Not Dead »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Texte Texte Texte Texte Photo Texte Texte Graphisme Texte