RENAUD MARHIC « VADE RETRO SATANA »


Enregistrement : Archives de La Spirale (1996-2008)

« L'irrationnel touche aujourd'hui tous les secteurs de la société. Ses prosélytes occupent largement la scène médiatique, créant une véritable indiscernabilité entre sciences et pseudo-sciences, entre faits et illusions. »

Les premières lignes de cette présentation de la collection Faits et Illusions dirigée par Renaud Marhic aux Éditions du Castor Astral donnent le ton.... À défaut de vampires et autres goules assoiffées de sang, ce journaliste et écrivain brestois traque et démasque sans relâche les gourous millénaristes, dans son combat contre les sectes et les pseudo-sciences. Quitte à causer quelques maux de tête à Paco Rabanne et à ses collègues amateurs de soucoupes volantes et d'apocalypses.


Propos recueillis par Laurent Courau.



Photographie de l'entrée du Mandarom Om Ashram

Je viens d'apprendre sur votre site l'existence passée de Spirale, une secte constituée de personnes réunies dans l'attente de l'arrivée des extra-terrestres. Il s'agissait également de votre premier fait d'armes… Etant donné la similitude avec le nom de cet ezine, je ne peux résister à l'envie de vous demander de nous en parler…

Si votre ezine avait existé en 1985, alors il y a fort à parier que La Spirale aurait interviewé Spirale. Il y avait là toute la palette habituelle de la contre-culture : des écolos, des babas, des mystiques, des entre-deux âges qui s'ennuyaient ferme… Ambiance fromage de chèvre et voyage astral. Avec tout de même une revue vivant de 2000 abonnés, des représentations locales un peu partout en France, des conférences, des happenings, etc. De quoi donner du boulot aux RG. Le problème, c'est que Spirale attendait l'atterrissage imminent des extraterrestres. Et comme poseurs de lapin, on fait pas mieux que ces derniers. Bref, les calebasses se sont un peu échauffées et les gourous ont proclamé l'état d'urgence : il fallait que les adeptes abandonnent leurs biens et leurs familles pour se rendre sur le Mont Sinaï où les attendait une soucoupe volante ! J'ai alors contribué à l'implosion de la secte par la diffusion du dossier que j'avais concocté sur elle depuis deux ans. J'ai publié toute l'histoire dans Sectes et mouvements initiatiques en Bretagne (Terre de Brume, 1996), ce qui m'a valu un procès dont le gourou de Spirale se souvient encore... On peut consulter les attendus sur mon site à la rubrique Réponses aux questions.

Qu'est-ce qui vous a au départ attiré vers le paranormal, les sectes et les pseudo-sciences ?

Enfant, puis adolescent, j'ai lu les bouquins des collections L'Aventure mystérieuse et Les Enigmes de l'univers. A cette époque, dans les années 70, ce genre de littérature traînait dans pas mal de bibliothèques. Je ne comprenais pas comment les phénomènes qui étaient rapportés là-dedans pouvaient ne pas être reconnus. Les auteurs apportaient tellement de preuves… A 17 ans, je suis allé voir de plus près ceux par qui l'étrange arrive. J'ai alors découvert deux choses. La première, les preuves en question ne résistent pas longtemps à l'enquête sur le terrain. La seconde, la croyance au paranormal et aux pseudo-sciences est un puissant vecteur de manipulation d'autrui. C'est ainsi que je me suis penché sur la question des sectes. Promettre des pouvoirs surnaturels, l'apparition des anges ou du fantôme de grand-papa est un modus operandi classique dans le domaine.

Comment sélectionnez-vous les sujets sur lesquels vous allez travailler ?

Je suis journaliste. En plus, j'écris des bouquins. Il y a donc des tas de gens qui me contactent. Les quiproquos sont nombreux. D'abord, pour beaucoup de monde, travailler sur le paranormal implique forcément d'y croire… En l'occurrence, c'est exactement le contraire. Mon truc, c'est de démystifier. Je suis un rationaliste, ouvert, certes, mais un rationaliste quand même. Ensuite, il y a les paranos. J'en profite pour passer un message : ceux qui ont déjà écumé les commissariats, les rédactions de la presse quotidienne régionale et les presbytères parce qu'ils se croient victimes d'un complot quelconque, passez votre chemin, merci. Enfin et c'est heureux, il y a les témoignages des anciens adeptes de telle ou telle secte. Ce que ces repentis ont à raconter est souvent intéressant. C'est sur la base d'un pareil témoignage que j'ai pu écrire un bouquin comme Voyage au bout de la secte (Buchet-Chastel, 1998) qui a servi de base à un reportage de Zone Interdite sur M6. Les gourous de la secte en question, Tournesol alias la Sainte Famille, sont depuis en fuite. Ca fait toujours plaisir de voir qu'on n'a pas bossé pour rien…

Vous est-il arrivé de douter dans certains cas ? Quels furent par exemple les phénomènes les plus surprenants que vous ayez pu constater ?

Nos sens peuvent nous tromper à un point que l'on imagine difficilement. Si vous ne me croyez pas, ouvrez un traité de psychologie de la perception ou assistez à un spectacle de Gérard Majax... Quand vous êtes conscient de ça, les prétendus phénomènes paranormaux ne font plus illusion. Certes, on peut se trouver, ponctuellement, dans l'incapacité de comprendre un phénomène. Celui-ci est alors inexpliqué, ce qui ne veut pas dire qu'il soit inexplicable. Avant d'en appeler à l'irrationnel, il faut douter… de soi-même.

Faites-vous partie d'association comme le Cercle Zététique qui ont pour mission de mener des investigations dans le domaine des fausses sciences ?

Sans en faire partie, je collabore avec diverses associations de ce genre. En août 1999, alors que Paco Rabanne nous annonçait la chute de la Station Mir sur Paris et le Gers, j'ai créé l'association "M… à l'Apocalypse !" qui, en collaboration avec le Cercle Zététique, a organisé un "apéro des survivants " devant la boutique parisienne du couturier. En pleine éclipse ! Une franche partie de rigolade qui a attiré environ 500 personnes, l'ensemble des grands médias français et de nombreux médias étrangers… Dans un autre genre, j'ai participé à plusieurs reprises au salon "Incroyable mais faux !" de l'association Science et Illusion. Avec l'association Sos Ovni, j'ai fait un sort à de nombreuses affaires du style "Roswell"…

Quelles sont selon vous les sectes les plus dangereuses du moment ? Pour quelles raisons ?

Je me refuse à quantifier le péril sectaire de façon abstraite. On peut par contre mesurer l'étendue des dégâts sur le terrain. C'est ce que je fais. Il existe une infinité de micro-sectes, d'inspiration new age ou autre, qui font dans la pratique de guérison. Un petit peu de poudre de perlinpinpin pour soigner le cancer, une tisane pour le sida, un massage pour la dépression… Et là, les ravages sont énormes et permanents. Bien que le délit d'exercice illégal de la médecine est clairement constitué, les poursuites sont rares. Et puis il existe de tels flous juridiques… Des tas de gourous de quartier s'improvisent par exemple "psychothérapeute", parce que ce terme n'est pas légalement protégé en France. Leurs "patients" se retrouvent souvent dans un sale état à l'HP, ou livrés à eux-mêmes, après avoir été copieusement manipulés. Certes, les poids-lourds du sectarisme que sont, par exemple, la Scientologie, Moon ou le Mouvement Raëlien représentent un danger d'une autre trempe. Mais cette dangerosité ne doit pas faire l'objet d'une instrumentalisation afin de dédouaner des mouvements infiniment moins puissants mais tout aussi pernicieux.

Pouvez-vous nous parler de vos enquêtes sur les rapports que peuvent avoir les sectes et la politique - liens d'organisations sectaires avec des groupes financiers, blanchiment l'argent ?

Je peux vous dire que certaines sectes sont des pompes à fric très efficaces. Le système fonctionne particulièrement en direction de l'Afrique vers la France. La chose est connue. Elle est même consignée dans le rapport du juge grenoblois Luc Fontaine sur la tuerie du Temple Solaire. Que devient l'argent des "dons" récoltés en Afrique une fois qu'il a été encaissé en France ? Là, il n'y a plus rien dans le rapport… Ce que tout le monde pense tout bas, c'est que le système a contribué au financement illégal de certains partis politiques. L'hypothèse est crédible. Le côté grand guignol des sectes est un paravent très efficace pour ce genre de magouilles.

Où situez-vous la limite entre une secte et une société secrète ?

Le mot "secte" a longtemps désigné des schismes des grands courants religieux, principalement les religions du Livre. Dans le même temps, les sociétés secrètes étaient souvent des créations ex nihilo, quand bien même elles se réclamaient de telle ou telle tradition. Aujourd'hui, les choses sont plus floues. Il existe des sectes organisées comme des sociétés secrètes – c'était le cas du Temple Solaire – et des sociétés secrètes qui virent à la secte. On le constate avec certaines "loges sauvages" para-maçonniques. Pour autant, que les choses soient claires : les obédiences classiques de la franc-maçonnerie observent toutes un fonctionnement qui les met à l'abri de telles dérives. En maçonnerie, ne l'oublions pas, il y a des élections, ce que j'attends toujours de voir dans une secte… Si la franc-maçonnerie est critiquable, c'est certainement plus en raison des affaires qui en dénaturent l'esprit que pour un prétendu sectarisme. Qu'on ne nous refasse surtout pas le coup de Leo Taxil…

Que pensez-vous de toutes les théories en circulation sur l'existence de conspirations et de sociétés secrètes qui travailleraient à établir un nouvel ordre mondial ?

S'il faut parler de choses qui fâchent, je dirais qu'on touche là aux paranos que j'évoquais plus haut. Par exemple, Randy Trochmann, le gourou de la Milice du Montana dont on trouve une interview sur votre site, est pour moi l'archétype du fou dangereux. Il faut savoir appeler un chat un chat. Si on gratte ces histoires de conspiration du nouvel ordre mondial, on tombe immédiatement sur le sempiternel complot judéo-maçonnique. Le pire, c'est que ce délire est largement répandu dans le milieu de la contre-culture y compris, en France, dans sa composante anarcho-gauchiste. Ce n'est peut-être pas si étonnant que ça… Il a déjà existé un antisémitisme "de gauche" prenant les banquiers de Wall Street, et à travers eux le peuple juif, comme boucs émissaires. Rappelez-vous l'affaire Dreyfus…

En parlant de conspirations, Maurice Dantec soutient dans son dernier livre, Le Théâtre des Opérations, que les autorités américaines mentent depuis plus de cinquante ans au sujet de l'accident de Roswell. Sachant que vous vous intéressez vous-même aux phénomènes aérospatiaux non identifiés avec l'association Sos Ovni, comment réagissez-vous ?

Deux solutions : Ou Dantec nous prend pour des cons, ou il est urgent qu'il cesse de fumer la moquette. On sait depuis belle lurette que l'objet qui s'est écrasé à Roswell en juin 1947 était un ballon top-secret du programme Mogul. Celui-ci avait pour but de détecter les éventuelles expériences atomiques soviétiques par la surveillance des ondes dans la haute atmosphère. Le caractère confidentiel du projet explique les déclarations contradictoires puis le silence des militaires américains. Quand au prétendus documents officiels apparus ensuite et censés prouver l'existence d'un black-out des autorités américaines, laissez-moi rigoler. Les cachets "secret" que l'on trouve sur ces docs ont été produits à l'aide d'un tampon en kit ressemblant étrangement à celui utilisé par William Moore, l'auteur du premier livre sur le crash de Roswell… Amusant, non ? Quant à la signature de Truman, elle a été photocopiée sur un écrit, authentique celui-là, n'ayant rien à voir avec Roswell.

Pourquoi vous êtes-vous intéressé au New Age ? On pourrait à première vue considérer cette mouvance comme plutôt inoffensive…

A cela près que le nouvel âge est porteur d'une idéologie parfaitement élitiste et totalitaire. La théocratie que nous proposent les newagers fait froid dans le dos. Dans Le New Age – son histoire… ses pratiques… ses arnaques (Castor Astral, 1999), j'ai expliqué d'où venait précisément ce courant de pensée. Savez-vous que, en 1939, Alice Bailey, la mère du new age, applaudissait aux exploits de Hitler, Franco, et Mussolini ? Comme elle applaudira en 1945 à l'atomisation d'Hiroshima… Tout ça justifié par la fameuse Ere du Verseau, bien entendu…

Hermines et Idées Noires, votre premier livre de fiction, met en scène les franges les plus extrémistes des milieux indépendantistes bretons. Pouvez-vous nous en parler ? Où se trouve la limite entre la réalité et la fiction ?

Il s'agit d'un polar réaliste. La réalité c'est que de tout temps les indépendantistes bretons ont été prêts à toutes les compromissions pour faire triompher leur cause. Déjà en 1718, le marquis de Pontkallec intriguait avec la couronne d'Espagne… Plus sérieusement, les indépendantistes ont fait alliance avec les nazis avant même la seconde guerre mondiale. Durant l'occupation, c'était le grand amour. Cette dérive idéologique n'a jamais fait l'objet d'une réelle repentance, y compris chez ceux qui se présentent aujourd'hui comme de farouches gauchistes. Pour les indépendantistes, la cause de la Bretagne libre transcende les clivages politiques. Le nationalisme breton est de fait un marigot qui passe sans transition du rouge au brun et inversement. Hermines et idées noires (Terre de Brume, 1999) décrit la manipulation de ces indépendantistes par les Ouvriers de Dieu. Une officine du Vatican qui intrigue en faveur de l'autonomie des provinces européennes à forte tradition catholiques, comme la Bretagne, la Catalogne ou la Flandre, espérant, qu'à terme l'Eglise y retrouve un réel pouvoir politique. Toute ressemblance… etc.

Avez-vous été inquiété ou avez-vous subi des pressions suite à vos articles et à vos publications ?

Il est vrai que je me suis fait beaucoup d'amis… Ceux qui ont essayé de me faire condamner en diffamation en ont toujours été pour leur frais. Au propre comme aux figuré, d'ailleurs… Mais les pressions sont parfois plus insidieuses. Prenons la parution de mon polar. L'attachée de presse de la ville de Rennes, pour qui dans le Breton tout est bon, s'est cru obligée de téléphoner à mon éditeur pour lui signifier qu'il était tout bonnement scandaleux d'associer les termes "Hermines" et "idées noires". Dans le même temps, quelques libraires nationalistes ont refusé de vendre le bouquin. Les mêmes sans doute rêvent d'autodafés.

Quels sont vos prochains projets ? Sur quels sujets porteront vos prochaines enquêtes ?

Pour ce qui est des projets, d'autres polars sont à craindre. En ce qui concerne les enquêtes, suspense…


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : RENAUD MARHIC « VADE RETRO SATANA »
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : La Spirale.org - 1996-2008
Date de mise en ligne :

Présentation

Renaud Marhic - Une interview tirée des archives de La Spirale.

A propos de La Spirale : Née au début des années 90 de la découverte de la vague techno-industrielle et du mouvement cyberpunk, une mouvance qui associait déjà les technologies de pointe aux contre-cultures les plus déjantées, cette lettre d'information tirée à 3000 exemplaires, était distribuée gratuitement à travers un réseau de lieux alternatifs francophones. Sa transposition sur le Web s'est faite en 1995 et le site n'a depuis lors cessé de se développer pour réunir plusieurs centaines de pages d'articles, d'interviews et d'expositions consacrées à tout ce qui sévit du côté obscur de la culture populaire contemporaine: guérilla médiatique, art numérique, piratage informatique, cinéma indépendant, littérature fantastique et de science-fiction, photographie fétichiste, musiques électroniques, modifications corporelles et autres conspirations extra-terrestres

Liens extérieurs

Membres.lycos.fr/marhic/

Thèmes

Esotérisme
Occultisme
Scepticisme

Mots-clés associés

Renaud Marhic
Surnaturel
Croyance
Religions
Religions alternatives
Sectes

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Vingt-trois »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Texte Video Texte Texte Texte Peinture Photo Texte Peinture