JACQUES VETTIER


Enregistrement : Archives de La Spirale (1996-2008)

Rencontré lors des 24 Heures du Livre, Jacques Vettier nous a présenté son dernier ouvrage, Nécro processeur, où il renoue une fois encore avec son genre de prédilection : le roman noir. Cependant, même si lui-même s'inscrit dans la mouvance actuelle d'auteurs comme Pascal Dessaint ou Jean-Bernard Pouy, son dernier ouvrage décline les ingrédients habituels du polar sous un nouveau jour : les meurtres se préméditent désormais sur l'espace froid et impersonnel du numérique.

Une interview réalisée par Aurélien Police du site Alice au Pays des Hypertextes.


Vous êtes l'auteur de neuf livres, on pourra notamment citer la petite marchande de dose aux éditions la baleine mais aussi de votre dernier ouvrage Nécro processeur aux éditions Métailié noir. Il s'agit d'un polar d'un genre bien particulier. Est-ce que vous pourriez justement nous dire de quoi il retourne ?

Le roman noir utilise en général le thème de la lutte du bien contre le mal... C'est une vérité quasi inévitable. Nécro processeurs présente peut-être ce qui est le mal absolu puisque ce sont des gens qui torturent, qui assassinent, qui filment ce qu'ils font et qui vendent ensuite leur production. Et du fait de l'achat de ces films par d'autres personnes, la ligne de séparation entre le bien et le mal devient plus floue.

Cette particularité provient également du fait de l'utilisation du Net, chose qui pour le moment n'est pas souvent abordée dans la littérature. Pourquoi avez-vous fait appel à cette nouvelle technologie pour construire l'intrigue de votre roman ?

Oui, on rencontre encore assez peu de romans policiers qui utilisent Internet parce que, en France du moins, c'est une technologie nouvelle à laquelle on n'est pas encore très familiarisé. Ca effraie, on sait pas trop ce que c'est... J'ai situé ce roman au Québec où l'usage d'Internet est quelque chose de très courant. En fait je m'en suis servi comme on se sert du téléphone dans les romans policiers... Là, j'ai utilisé quelque chose d'un peu plus récent, de plus moderne, qui a un champ d'activité plus large, qui a une vitesse de transmission plus rapide. Dans mon roman, Internet est un moyen mais pas une fin.

On pourrait faire le rapprochement avec Maurice Dantec, je pense notamment au roman Les Racines du Mal, qui fait également recours à l'informatique. Est-ce qu'il s'agit d'après vous du renouveau du roman noir ou plutôt de la création d'un nouveau genre ?

C'est une continuité. Une nouvelle technologie apparaît, elle est utilisée par tout un chacun soit correctement, soit pour commettre des actes qui ne sont pas forcément très réjouissants. Je crois que plus qu'un nouveau genre c'est la continuation de ce qui a pu être utilisé dans le passé dans les romans. Le genre épistolaire par exemple, c'est quelque chose qui a été très fort pendant longtemps mais qui est délaissé aujourd'hui. J'ai fait la même chose en utilisant Internet, des Chat, des IRC. A la place des lettres apparaissent des lignes sur l'écran de l'ordinateur. J'ai écrit un roman épistolaire d'un nouveau genre.

Pour le non-initié à Internet, est-ce qu'il ne pourrait pas prendre votre livre comme une sorte de roman de science-fiction très proche de la réalité ?

Oui, certaines personnes complètement étrangères à cette technologie peuvent y voir un roman de science-fiction alors qu'il n'y a absolument rien qui ne soit pas utilisable au jour d'aujourd'hui. Tout ce qui est utilisé dans le livre est accessible à tout un chacun, pour peu qu'il ait un ordinateur, un modem et une connexion à Internet. Il n'y a pas d'éléments de science-fiction, autant sur l'usage du net que sur l'usage d'un service de police qui s'appelle Europol (ndlr : service de police se trouvant au cœur du roman) qui existe véritablement. Sa vocation à moyen terme sera d'être une sorte de F.B.I européen. Pour l'instant il est encore en cours de création mais il utilise déjà Internet comme je le présente dans mon roman.

Comment vous est venue l'idée de placer le net au cœur de votre livre ?

Peu après avoir pris un abonnement, je suis tombé sur des chats. Les chats sont des discussions en direct auxquelles tout le monde peut participer en tapant ses messages sur son clavier. J'ai été fasciné par les dialogues que je pouvais lire sur l'écran, la facilité avec laquelle les gens arrivaient à se confier à des personnes qu'ils ne connaissaient pas du tout. Et justement parce qu'ils ne les connaissaient pas et qu'ils étaient très loin. Ils parlaient sans aucune pudeur, de choses dont on ne parlerait pas avec son voisin ou peut-être même avec son conjoint et qui, là, sont exposées au su et au vu de tout le monde. Alors comme je suis un peu pervers je me suis dit qu'il y avait là un matériau intéressant pour écrire un livre. Je m'en suis servi de manière très horrible.

Internet vous permet de réactualiser la littérature par la nouvelle technologie.

Oui... même si c'est prétentieux de dire que l'on va la renouveler... C'est un roman épistolaire moderne. Les lettres laissent la place aux lignes d'écriture du chat avec tous ses codes et ses abréviations.

Vous envisagez de continuer sur la même lancée " informatique " ?

Non, je ne pense pas continuer sur ce registre. Même si je me réserve le droit d'utiliser à nouveau Internet. C'est maintenant quelque chose d'acquis qui va bientôt basculer dans la banalité, comme le téléphone.


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : JACQUES VETTIER
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : La Spirale.org - 1996-2008
Date de mise en ligne :

Présentation

Jacques Vettier - Une interview tirée des archives de La Spirale.

A propos de La Spirale : Née au début des années 90 de la découverte de la vague techno-industrielle et du mouvement cyberpunk, une mouvance qui associait déjà les technologies de pointe aux contre-cultures les plus déjantées, cette lettre d'information tirée à 3000 exemplaires, était distribuée gratuitement à travers un réseau de lieux alternatifs francophones. Sa transposition sur le Web s'est faite en 1995 et le site n'a depuis lors cessé de se développer pour réunir plusieurs centaines de pages d'articles, d'interviews et d'expositions consacrées à tout ce qui sévit du côté obscur de la culture populaire contemporaine: guérilla médiatique, art numérique, piratage informatique, cinéma indépendant, littérature fantastique et de science-fiction, photographie fétichiste, musiques électroniques, modifications corporelles et autres conspirations extra-terrestres.

Liens extérieurs

Biographie de Jacques Vettier
Alice au pays des hypertextes
Aurelienpolice.com

Thèmes

Littérature
Cyberculture
Roman noir

Mots-clés associés

Jacques Vettier
Roman noir
Roman policier
Polar
Nécro processeur
Informatique
Internet

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Vingt-trois »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Texte Photo Photo Texte Photo Peinture Video Video Texte