CHRISTOPHE LUXEREAU


Enregistrement : Archives de La Spirale (1996-2008)

Photographe de mode, artiste numérique, Christophe Luxereau conçoit sur Photoshop des femmes-robots en pièces détachées et des "méca-dolls" qui se réparent elles-même au tournevis. Il met les mannequins en morceaux sur catalogue et conçoit des filles-androïdes qui changent d'organes comme de culottes. Il va deux fois par an à Tokyo par amour des poupées hystériques aux corps de clones formatés par la mode. Sa passion : la cosmétique corporelle appliquée aux pisseuses.

Propos recueillis par Agnès Giard.


Peux-tu te présenter (âge, profession, sexualité, enveloppe charnelle) ?

Biomécanique, catégorie homme, 1m80, 80kg. Fonction : visuel designer, spécialisation : images photo-numériques. Se nourrit de fantasmes visuels cérébraux pour les transformer en images visibles par tous, partout.

Il parait que tu te rases le corps. Ton rêve : une épilation définitive au laser de la barbe… Tu aimerais être une poupée ?

Mon rapport au corps est lié à sa structure fonctionnelle et à ses modifications envisageables. Mais pour répondre à la question, oui, il faut devenir contemporain, dépasser le stade du poilu courant dans les bois sous la neige. Je ne fais que travailler sur l'image renvoyée par les média, lisse et calibrée. Or la poupée est un des reflets du désir exprimé par la masse. Sauf que moi, je préfère être le "Puppet Master" c'est plus drôle...

Est-ce que tu roules des mécaniques ?

Comme tous ceux qui ont conscience de leur corps et qui s'amusent avec. Je préfère rouler dans un coupé sport plutôt qu'une vieille deux-chevaux. C'est plus fragile mais plus grisant.

Pour toi, le corps humain, ce sont des pièces de rechange reliées à un cerveau ?

Les pièces détachées sont des palliatifs. Etant naturellement biodégradable, notre corps a le droit à des substituts issus de la technologie. C'est une façon de vivre en harmonie avec son époque, le cerveau a une place de commande moteur, on doit aussi pouvoir le réparer ou l'améliorer.

Tu refais entièrement certaines parties du corps de tes modèles en 3D, pour donner l'impression qu'elles sont robotisées. On dirait de la dissection ?

J’aime les table de dissections. Mon travail est né dans les manuels de chirurgie, en comprenant la façon articulaire et motrice des membres… Je passe sur la beauté colorée d'un intérieur pour ceux qui surfent sur La Spirale en mangeant, et je les renvois à "la raie" de Chardin (musée du Louvres). La robotique est basée sur les mêmes principes que la cosmétique : comme une montre, un membre artificiel n'a pas à être caché s’il est choisi selon des critères esthétiques. Pour donner corps à tout cela je me base aussi sur les codes couleur de la pharmaceutique et de l'électronique. Par exemple : sur une prise électrique, les trois câbles sont différenciés de façon simple. Je ne crois pas à l'imagerie tout chrome cyber ou au blanc clinique. Il faut mettre des indices vert, bleu ou jaune, sinon, tu fais comment pour trouver les bons branchements ?

Tu pousses la perversité jusqu'à mettre des numéros de série sur tes filles… Et dans leurs yeux tu mets même la mention "bleu-vert atlantique", comme si c'étaient des yeux de cyborg… Pourquoi ?

Par souci de classification des espèces et de code cosmétique, j'ai conçu mes pièces détachées comme un magazine de vente par correspondance. Le client regarde et choisit comme dans un catalogue de voyage avec des noms qui font rêver. Si on doit avoir une vie artificielle, autant la rêver en couleurs !

Est-ce que tu as toi-même des organes artificiels, ou déficients et que tu aimerais remplacer ?

C'est dans mes dysfonctionnements que je puise l'essence de mon imagerie : j’ai des bobos partout. Un jour je me suis pris une planche de 3 cm dans la tête et je suis resté en chambre noire pendant une semaine. L’ophtalmo m’a dit "vous avez perdu votre œil". Il m’a ressoudé le cristallin au laser. Normalement je devrai avoir deux à cet œil là, grand maximum. Mais je suis à neuf. Je ne l’explique pas. Mon corps s’auto-répare : il suffit de lui expliquer, et mon corps fait le reste. Pour l’oireille par exemple : j’avais des problèmes à cause de plongées répétées, depuis mon enfance. Un othorino m’a dit qu’il fallait me greffer un nouveau tympan, l’autre était troué. La deuxième fois que je suis allé le voir, il n’y avait plus de trou ! Il ne m’a pas opéré. Je répare donc certains organes avec ma boite à pharmacie interne. Pour moi, les biogénéticiens ont quelques métros de retard. L’homme possède assez de cellules multipliables et de chimies en tout genre pour se réparer lui-même, sans avoir besoin de prothèses… Il suffit de savoir donner les ordres à son docteur Norton.

C'est quoi la fille idéale ?

Coppélia ou la vierge. L'Immaculé Conception renvoie la biogénétique et Dollie à l’âge de pierre.


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : CHRISTOPHE LUXEREAU
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : La Spirale.org - 1996-2008
Date de mise en ligne :

Présentation

Christophe Luxereau - Une interview tirée des archives de La Spirale.

A propos de La Spirale : Née au début des années 90 de la découverte de la vague techno-industrielle et du mouvement cyberpunk, une mouvance qui associait déjà les technologies de pointe aux contre-cultures les plus déjantées, cette lettre d'information tirée à 3000 exemplaires, était distribuée gratuitement à travers un réseau de lieux alternatifs francophones. Sa transposition sur le Web s'est faite en 1995 et le site n'a depuis lors cessé de se développer pour réunir plusieurs centaines de pages d'articles, d'interviews et d'expositions consacrées à tout ce qui sévit du côté obscur de la culture populaire contemporaine: guérilla médiatique, art numérique, piratage informatique, cinéma indépendant, littérature fantastique et de science-fiction, photographie fétichiste, musiques électroniques, modifications corporelles et autres conspirations extra-terrestres.

Liens extérieurs

Luxereau.com/
Pixelcreation.fr/christophe-luxereau/

Thèmes

Photographie
Arts numériques
Mutation

Mots-clés associés

Christophe Luxereau
Photgraphie
Images numériques
Images digitales
Robot
Cyberculture
Cyborg

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Vingt-trois »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Photo Texte Graphisme Texte Video Photo Texte Texte Photo