THIERRY THEOLIER


Enregistrement : Archives de La Spirale (1996-2008)

Certains l'adulent, d'autres le détestent. Nul doute, le personnage dérange et ne laisse personne indifférent. Artiste sans oeuvre, activiste des cocktails, porte-drapeau des crevards et théoricien de l'absurde, Thierry Théolier constitue un cas à part dans le paysage mondain parisien, avec un talent indéniable pour faire parler de lui comme le prouve la pléiade d'articles de presse consacrés à ses exactions. Rencontre avec un phénomène qui en dit long sur les arcanes de notre système médiatique.

Propos recueillis par Laurent Courau.


Commençons par le commencement. Je te laisse expliquer à nos lecteurs qui n'ont pas ouvert la presse féminine, branchée, voire quotidienne durant ces derniers mois ce qu'est le Syndicat du Hype ?

J'ACCUSE le coup. Je mouille même du 4$$. LA SPIRALE s'intéresse ENFIN à mon K au carré !!! Fuck, ça fait plus de 3 ans que j'active le Vide Spectatesticulaire sur le ouaibe et j'ai dû spammer ta BAL au moins un milliard de fois mais "silencio"... Porque ? J'étais pas assez cyber-underground korrect ou quoi ? Las, je mets en boucle le premier Moderns Lovers que Laurence Rémila m'a refilé. 9 h 45. Le Ciel ressemble à un April Sky laiteux et ce mâtin, les rideaux rouges de mon 28m² resteront fermés. La caféine booste déjà mon intra-pas-net cérébral. Je vais noircir l'écran blank de mon Ego-Trip. La Révolution Blanche peut attendre. Où j'en suis ce matin ? Petit débriefing. Un syndicaliste a spammé hier soir sur le SDH un plan vernissage à l'Espace Tricard. OB Anisé, vodka, gin et bières à gogo. Exposition obsolète comme toute exposition d' Art Moderne, ex-Art Contemporain. J'ai fait mon show de casseur2couilles et fatalement, je me suis fait virer manu militari. Bilan de la Perte : pas de blessures à part quelques ecchymoses aux bras... Quand je fais le Poids Mort en m'écroulant sur le dancefloor ou le parquet contemporain, les Cerbères ont toujours du mal à me soulever pour me traîner jusqu'à la sortie. J'ai pas béger cette nuit mais j'ai quand même dû me mater DRILLER KILLER (note : un dvd qu'Igor Tourgueniev m'a passé en contre-don à son abonnement au SDH). J'ai dû aussi me branler 2 fois pour sombrer aux côtés de ma Victoire. Merdrrre !!!! Je m'égare... Fallait pas me demander d'« écrire ». Le Syndicat Du Hype - S.D.H pour les Affranchis de la Media Nostra - est une liste de diffusion parisienne qui fédère près de 1800 crevards autour du Dieu OB (Open Bar les Filles...) et de ses cérémonies païennes où les RP's des event people ciblent en bon snippers relationnels le public VIP de l'overground, et désormais ceux de l'underground depuis qu'il a été trademarké (façon de parler) par le PDG Bizot. Bref, la target du SDH, c'est la H.Y.P.E, la crème de la cream de l'évène-pas-dé-mentiel de la Kulture et du rayonnement de son Spectre dans (le) Tout... P.A.R.I.S (comme chantait Daniel Darc dans les années 80) de la Rive Extrême Gauche à la Rive Extrême Droite.

Le SDH est mon IM # O4 / Imposture Médiatique (appella-fion 100% euphémiste les Filles...). L'IM # O1 étant donc ALIBI-ART, la 03, la (par)tooz Blank Obscenity et la 02, la série FIAC-OFF! (3 éditions). Cette IM # O4 prend donc la non-forme d'une liste de diffusion - "mailing-list" pour les netarteux à la crème Madre Puta - comprenne qui sucke les vieilles peaux à deux balles du net art élitiste - permet à n'importe qui (ayant accès à Internet bien sûr) de recevoir et d'envoyer de vrais plans "incruste" dans sa Boite Aux Lettres électronique. (*dernier film2merde avec ce faux-beauf de Titoff qui doit être est un upgrade de cette daube eighties de Viens chez moi, j'habite chez une copine mais oui, les Filles, je bande plutôt pour (les) Macadam-Cowboys).

Le bût autoproclamé et stratégique des syndicalistes du hype est de parasiter et de piller les Open Bars de PARI(S) grâce au minitel post-moderne, Internet - OB étant le sigle de reconnaissance de cette grande communauté de pique-assiettes (terme bourgeois obsolète pour "crevards") que nous formons mes 2000 Kamarades et moi². Ce sigle labellise tout événement qui régale en alcools-durs. L'objectif est aussi de faire du ventrisme (copyleft Antoine Besse) car dans les meilleurs plans SDH, il y a des Open Buffets. En général, l'OB est la cerise sur le gâteau des événements hype. Le Gââââââââââââteau de ce CREEP-SHOW étant les miettes du Profit et cela va du champ' de luxe, au foie gras en passant au peep-show glamour (parfois une partouze...) jusqu'au vin cuit fluo (?) à la bière éventée à la carotte (?).

Mais qu'est-ce la « hype » ? Tout d'abord, c'est un terme anglo-saxon ayant plusieurs significations. La première, rentrée désormais dans les dictionnaires les plus pointus comme le DITL, désigne une exagération publicitaire plaquée sur un produit en général culturel allant du vinyle au chiffon en passant par le plastok, la pellicule de film et le papier.

"Pour les anglophiles qui ne parlent pas anglais :

A. Hype

1. Excessive publicity and the ensuing commotion: the hype surrounding the murder trial.

2. Exaggerated or extravagant claims made especially in advertising or promotional material: ?It is pure hype, a gigantic PR job? (Saturday Review).

3. An advertising or promotional ploy: ?Some restaurant owners in town are cooking up a $75,000 hype to promote New York as ?Restaurant City, U.S.A.'? (New York).

4. Something deliberately misleading; a deception: ? [He] says that there isn't any energy crisis at all, that it's all a hype, to maintain outrageous profits for the oil companies? (Joel Oppenheimer). Source: The American Heritage Hype ² Shortening and alteration of hypodermic.

B. Hype

1. A hypodermic injection, syringe, or needle.

2. A drug addict. Source: The American Heritage Hipe Hipe, n. Also Hype

C. Hype [Etym. uncertain.] (Wrestling) A throw in which the wrestler lifts his opponent from the ground, swings him to one side, knocks up his nearer thigh from the back with the knee, and throws him on his back. Source: Webster's Revised Unabridged Dictionary. " Merci à NOBODY du Blackblog (l'ultime blog : "Everybody signe Nobody")

Ce terme "hype" a été mis en incubation dans la M² ("Matrice Médiatique", les Filles...) depuis l'injection du légendaire Don't Believe The Hype de PUBLIC ENEMY dans le tissu adipeux de cette OBaise "POP? POP?MUSIK". Ce tube malin lorgnait vers une optique rock'n roll sans lunettes noires, son message étant clairement Big Sister Is Fuckin' You. La Soeur étant évidemment la hype. On confond souvent Soeur hype avec frère Buzz. En tout cas j'attends la prophétie de Saint Debord qui annonçait 20 ans avant l'apparifion la TV-TRASH-REALITY que le Monde sera transformé en monstrueux plateau de télévision avec des caméras pour shooter la partouze mondiale (à peu de choses près, c'était sa prédic-fion).

On emploie aussi, par extension du domaine de l'Ennui, le mot "hype" pour désigner le microscosmos parisien d'hyperbranchés (dé)composé de pingouins underground (TM) ayant réussis à percer la Banquise de l'Anonymat pour inspirer le petit AIR vicié des ovaires-ground. ILS auront auquel cas, préservé de leurs produits dérivés - en bons petits banquiers-anti-anarchistes de leur talent - les qualités intrin_sec_poreuse_expérimentales pour les injecter dans la Matrice du Peep-Show Planétaire (1% de pris pour la taxe Teube-IN et Naomi suce le logo de son éditeur en string Klein). Ces mêmes produits manufacturés au tampon orgueilleux de leur capital avant-gardiste avec un je ne sais quoi de séminal-neutre les auront rendus accessibles au plus grand nombre via la complicité de L'Elite Prescriptrice de la Société de la TendRance, je nomme (et je sucke) les salariés journaleux (je recrache toujours.). Ces Sbires de la Nouveauté Nouvelle squattent la Plateforme Morne Relationnelle Médiatique pour booster leur propre dissimina-fion égotique via des signes (pour les plus suckers c'est 450 $ les 3000 sous du "Danse sur Bosco qui passe à la radio" et pour les plus crevards, c'est 30 $ les 1500 sous du 300 BPM ekartisé) en espérant intégrer un Grand Soir la Partouze sans Sexe avec des naaaartist(e)s en général trop cérébrales et donc pas mal impuissants du cul.

Remarque : le plus vieux média (le plus low-tech ) étant "la Parole". L'émetteur est le portable arabe (copylet Serge Balasky) et son fournisseur d'accès, la Rumeur (zob).

Actuellement le SDH fédère donc 1800 crevards et crev4$$ dont cette salope de Jude 4$$ de la Hype d'En Bas avec bien sûr, des journalistes, pigistes, artistes, organisateurs et des Nobody (people anonymes dont I would prefer not to balancer les noms car ILS balancent des plans glamour par l'intermédiaire du SRMI le Spam-Robot-Multi-Identy.

Je préfère l'appella-fion AOC de "crevard" terme typiquement franchouillard puant grave de la moule provinciale) qui renvoie à la nature profonde PST (Philosophique-Sociologique-Théologique) de son cousin germain d'outre-Atlantique, le bien-nommé "punk". Ce mot, je le rappelle, correspondait littéralement à une insulte en Angleterre, bien avant le travail de sape(s) de cette conn4$$ de Malcom Mac Laren.

"Crevard" est donc un produit dérivé sémantique, une sorte d'avatar du logo PUNK, sans le strass et le glamour que la Fashion ("turn the left /turn the right" la buveuse de H2o minérale) avec l'aide du Temps, cet ouvrier laborieux de l'Humanité, lui a attribué tels des lauriers Rotten. Du reste, Malcom était à la base une commerçante de chiffons et de godes (cf : sa boutique SEX à Londres). Vivienne Westwood, la Vieille Pisseuse (qui a fait la couv' du Monde2 la semaine dernière...), elle, toujours avec le labeur du Temps, a imposé une griffe PUNK mais dénaturée de son origine prolétarienne. Vivienne W./Agnès B. même combat et je leurs PISS à la (Gilles de) Rais. (Ecrire jusqu'au sur-sens les Filles...) L'une a commencé dans la rue avec des Bastards, l'autre avec les pédigrés de l'édition Bourgeois(e).

Le Crevard est "less than punk" (Nobody after Ellis) héro ? anti-héro du Pestacle, sans instrument pop. Il ne produit RIEN de tangible à Tangers et dans un certain cas, il peut même exercer un job2merde comme Fernando Pesoa, l'écrit-vain "banquier anarchiste" aux centaines d'hétéronymes, ou même veilleur de nuit-somnambule. Le crevard est donc un véritable perdant économique et symbolique (antiglamour) jusqu'au RIDICULE pathos d'être humain trop mondain. Le Crevard perd et perdra parce qu'il a éternellement faim de tout, sans parler de sa Soif Eternelle de CUL (4$$ pour les intimes de mon staïle2merdrrre). Le crevard est en puissance² un vampire pathétique. Chaque soir, il doit rassasier sa petite Soif et ce n'est pas un hasard si Tonino Benacquista a choisi comme titre pour son best-seller : Les morsures de l'aube (rappel : il met en scène deux parasites mondains).

En synthèse pour sucrer les fraises de votre gouverne, la Hype est (dé)composé d'une sub-stance proche du beurre arabe, cette préparation culinaire presque rance qui donne du goût au couscous (mdr : fils de pied-noirs avec le 4$$ entre deux chaises, j'ai dédicacé la couverture de Technikart aux Harkis, les crevards de la dernière sale guerre française) Comprenne qui v/peut. NB : j'ai voté BLANK.

J'ai ouvert le SDH en juillet 2002, sept mois après l'ouverture du blog casseurs2hype.fr.fm. Je dois donc exposer aussi le con-cept des cassos mais arrrrrgh... faudrait également remonter à mes débuts à PARI(S) en 1994, quand je suis rentré à DISNEYLAND PARIS (après 3 ans de résidence à Amsterdam) en tant qu'"ouvrier du divertissement" (en contrat de qualif' SVP...) pour une formation en alternance d'électricien de scène ("électro" on dit les Filles...). Là-bas, j'ai été vacciné contre le Spectacle Vivant, quel qu'il soit (à part les concerts de Gülcher, hem.. hem...). L'envers du décor ou l'enfer du décor c'est kiff-kiff, tu ne choisis pas, tu le subis et le goût des sucettes backstage, c'est Vanitas Vanilla Rectum. "Qu'ils crèvent les nartistes" (Nobody after Kantor).

Comme son titre l'indique, le site des cassos casse d'la hiiiiiipe. Concept basique et archi-simple qui m'a valu une casse ultime* de 6 mois avec même une mini séquestration de (ma) Victoire (*ne pas aller aux rendez-vous hype, rester chez soi, mater la téloche, jouer sur PS2 et bien sûr, à défaut d'ascèse médiatique, observer sur le web l'Ennemi via l'oeil de Jude 4$$). Les champions toutes catégories de la casse ultime étant actuellement mon frère Jean-Pierre, Chloé Delaume et Koozil, mon "avocat-casseur". Remarque : depuis que j'écris cette ITV2merde, je casse ultime depuis une semaine...

Le concept de "casser de la hype", en fin de comptes assez débile (et j'ai pas tapé "idiot", l'Idiotie kulturellement correcte est approved par Bobo-Arts Magazine), m'est venu juste après avoir ouvert mon tout premier blog, le Squat des Branleurs, que j'ai créé en réaction à La Chambre des Demoiselles. Dans "ressentiment" il y a "sentiment". La locataire du lieu était mon ex-petite amie Caroline Hazard qui a écrit du reste un mémoire universitaire Postures et impostures dans l'art contemporain où je figure.

Le Squat des Branleurs (dernière version) était peut être une provok on-line encore plus antihype (donc hype) que les cassos, car plus radicale dans le côté réac-fionnaire brûlé au premier degré mais pas assez mali(g)ne pour piéger les médias. Ce blog d'une dizaine de branleurs (c'est un compliment) comme Systaime ou Troudair était dirigé contre l'hypo-crisis de l'Art Contemporain Institutionnel coincé du 4$$, contre le Net Art encore plus coinços du fion et également un énorme Fiac-off! aux squatters à la ramasse dont les meilleurs (il y en a extrêmement peu) finiront un jour hype.

Bref, un gros doigt de novö-réack à la sensibilité des pouètes, des intellos de la Kulture (à talons ou pas) et aux vrais ringards de l'Art Moderne avec la ferme et dure intention de JOUIR avec le web, lieu privilégié de la Vrai Branlette (dépense des réserves naturelles, ah, ah, ah) et du potlach. Le terme ?potlatch? est utilisé par les ethnologues pour désigner diverses cérémonies ostentatoires et dispendieuses donnant lieu à des festivités, à des déclarations publiques, ainsi qu'à des distributions et des destructions de biens. Cette pratique courante des tribus indiennes du nord-ouest américain a été étudiée par Marcel Mauss qui a mis en avant l'un de ses fondements : l'obligation de donner, celle de recevoir et celle de rendre encore plus. Son ouvrage L'Essai sur le Don (publié en 1925) connut un grand retentissement et eut une influence certaine sur ? entre autre ? Claude Lévi-Strauss et Georges Bataille. « La vertu exemplaire du potlatch est donnée dans cette possibilité pour l'homme de saisir ce qui lui échappe, de conjuguer les mouvements sans limite de l'univers avec la limite de ce qui lui appartient.» Source : Georges Bataille, La Part Maudite.

L'article que Paris Match vous a consacré, souligne que vous ne vous limitez pas à boire du champagne en draguant des stars, ce qui n'aurait d'ailleurs rien d'inavouable, mais que vous escomptez « casser » l'univers trop sélect des hauts lieux de la capitale. Aurais-tu la bonté de nous expliquer précisément en quoi consiste votre cassage du Paris mondain ?

Foutre le boxon en baisant dans le BORDEL !!!! Plus sérieusement... Le terme casseur2hype est éminemment hype car hyperbolique en paradoxe. Le terme générique de "casse" vient directement des casseurs de pub qui, eux, ont littéralement traduit la méthode et les recettes des adbusters et autres hoaxbusters dont les origines sémantiques pourraient prendre leur source - peut être - chez les Ghosbusters. Faudrait vérifier les dates (...). J'ai donc remixé et upgradé le faux problème des casseurs de pub : il y a de la bonne pub et de la mauvaise sinon comment pourrait-on connaître l'existence des casseurs de pub sans leurs spams ? Et justement selon la définition du DITL, la hype renvoie à un battage publicitaire trop important vis à vis de la qualité intrinsèque du produit et vice-Versace.

Le concept débile des casseurs2hype revient à scier la branche sur laquelle on hait. L'idée m'est venue après la découverte et la domestication technique de l'outil blogger.com (plateforme anglo-saxonne d'auto-publication de blogs) et surtout après avoir abandonné l'idée d'art et après la réalisation de ma Blank Revolution qui est inspirée d'une note de Houellebecq dans Interventions. Il parle de la seule révolution possible : celle ultra simple d'une utopie comportementale, se placer un court moment à côté du flux informatif incessant que l'on subi et de réaliser ainsi une révolution froide. Cette proposition m'a inspiré donc ce site, un écran blanc avec uniquement un message d'alerte "ascèse médiatique" et ensuite un pop-up s'ouvrant sur des archives avec une deuxième alerte "La Révolution blanche peut attendre". (un texte de Troudair)

Alors l'ego-trip peut commencer, art ou pas art tout le monde est ego. (Ben)

A partir de cette oeuvre radicale qui était également une réponse à la spéculation esthétique du Net Art en terme d'avant-garde et la mise à mort au graphisme artistique. J'ai alors décidé d'abandonner donc l'idée même d'art ? après le logo « Alibi-Art » et la partouze « Blank Obscenity » et de plonger corps et âme dans le pire des engrenages : celui de l'ego et de la dépense spectaculaire, le moteur des médias et d'accoucher des casseurs dont le slogan change à peu près chaque semestre suivant le taux de médiatisation, le dernier en date est « Plus hype que la hype et ils t'emmerdent » ce slogan renvoie directement le paradoxe du concept de ce site qui m'est venu après...

STOP.

Avant de continuer à répondre à cette question et au reste de cette interview2merde que j'ai reportée depuis bientôt quatre mois et je dois aller me réfugier dans un café de Boboville (juste à côté du siège social de la CFDT pour pouvoir écrire, déconnecté du Réseau) j'aimerai revenir au tout début de mon histoire, à mon arrivée à PARI(S) et donc, à mon expérience très furtive dans le domaine des Arts Plastiques.

Il faut donc remonter à mes débuts d'investiga-fion dans l'Art Contemporain en 1998, avec Eric Landan qui m'a littéralement formé in situ à l'Art du presque rien (nous avons organisé ensemble la 1ère édition de FIAC-OFF!) et plus tard remonter à ma fausse-entrée en 1999 dans le Net Art Français avec Pavu.com via Olalaparis (ou spammait le génial et rabelaisien Porculus). J'ai pogoté aussi sur la fausse liste Palais de Tokyo (créée pendant ZAC 99) avec Bobig, artiste du génial et simplissime slogan néo-conceptuel "L'art c'est n'importe quoi et c'est tant mieux" que j'ai rencontré via Gurita que je préfère lui oublier bien qu'il soit à l'initiative cette année de Mon Plus Beau FIASCO et de m'avoir fait démazouter la plage du Pouliguen (ce genre de truc, ça marque à vie) avec notre association ailleurs* en 2000, ma première et dernière AED /Action-Esthétique-Démagogique.

Quant à ma collaboration avec Frédéric Vignale, qu'un certain Philippe Boland m'a présenté quand je squattais un bureau au QG d'Hacker's Voice, elle aura été très instructive par le bas. Il a été mon booster quand j'étais en incubation des cassos, mon prozac-coach également quand je surfais au creux de la Vague. J'étais à l'époque en plein fight (activité de nerd traumatisé par le film de Fincher qui m'a beaucoup appris question endurance égotique). Vignale a été à cette époque du moins le plus talentueux des "Rastignac-ratés" (copyleft Rémila). Il s'est embrouillé Bordel avec les Meilleurs du Pire comme Frédéric Beigbeder, Yann Moix ou M.E Nabe. Dommage Vivi - comme l'appellait mon frère JPTH - on aurait pu se faire les couilles en titane avec la version binôme d'Alibi-Art !!!

Grâce à Vivi, j'ai compris que le cassage de hype convenait mieux à ma nature mélan-collique. Du reste, Alibi-Art prenait progressivement avec un lâcher-prise question mégalomanie et imposture une forme de plus en plus schizo, cynique et hardcore. Le meilleur d'Alibi-Art selon moi aura été la compilation (que l'on retrouve depuis mars 2004 sur le label P2P EKART). Depuis j'ai rectifié le tir, la face sombre ayant été transfusée sur le site des casseurs, sorte d'avatar formel au disapproved qui n' a jamais vraiment existé à part sur mon perfecto...

En 1996, pendant des vacances familiales modestes dans un F1, j'ai filmé par ennui en HI8 les vacanciers de Palavas Les Flots. Cette vidéo Palavas-Vegas (courtesy Criticalsecret.com) a été diffusé plus ou moins accidentellement dans une foire alternative de la FIAC, Austerlizt @utrement. La galeriste Isabelle Valleix via une installation vidéo d'un de ses artistes qui permettait au « regardeur » de diffuser ses propres cassettes VHS (rappel : nous étions en pleine « Esthétique Relationnelle » de Nicolas Bourriaud), a pu visionner ce petit film hypernaturaliste (ralenti hyperformol des vacanciers). Grisé par cette expérience que je considérais comme « incroyable » (je n'avais jamais mis les pieds dans une galerie d'art, je connaissais à peine la peinture via les couv' des 10/18 comme Edward Hopper et puis le BA.BA que la M² distille dans notre quotidien via la pub et les médias), j'ai pris rendez-vous avec elle (anedocte2merde / elle a employé Tonio Benaquista comme « factotum ») elle m'a encouragé de continuer la vidéo. J'ai réalisé ensuite qu'elle était une « opératrice sans ?uvres » essayant de manipuler les artistes productifs d'objets.

J'ai réalisé à Angers plus tard tout de même des anti-clips (en no-copyright) et parallèlement, je me suis engouffré dans le mixe d'images avec « J'ai la Belle Vie » le lien du flux des images remixées était passé par le phénomène hype (défilés de mode sur Paris Première, films pornos, MTV the Grind, sitcoms américains qui m'obsédaient littéralement (texte d'intention). Ensuite par l'intermédiaire d'une ancienne peintre allemande avec qui j'ai eu une relation, Sabine Steinke (ex petite amie du photographe Beat Streuli ? auteur des portraits géants du Palais de Tokyo ? et actuelle graphiste de la performeuse japonaise Tsuneko Tanuichi) j'ai découvert le petit monde de l'art contemporain. J'ai rencontré Sabine ma première initiatrice via une actrice Catherine Courel que j'avais tenté de mettre en scène pour MISS PARKER une adaptation théâtrale (avortée) des monologues d'une casseuse2hype avant l'heure, Dorothy Parker.

Très rapidement, j'ai observé malgré moi le Maudit Manège des vernissages et du système de l'art contemporain. J'ai tout de même lié aussi de réelles et fortes amitiés avec des jeunes artistes contemporains comme Eric Landan (passionné aussi de littérature), David Guez, Antoine Moreau, Edouard Boyer, Théophile Billich. A l'époque, je sortais juste d'une formation d'éclairagiste en alternance à Disneyland Paris (formation théorique à Grenoble avec Raoul Tarteix ex-éclairagiste de Georges Lavaudant qui m'a enseigné l'éclairage à la manière du Caravage) et cela, je précise pour mon historique2merde, après deux ans et demi de Résidence à Amsterdam (après des études de théâtre à PARIS VIII avec Michelle Kokosowski, grande spécialiste du metteur en scène polonais Kantor).

Etudes théâtrales qui ont suivi à des études techniques hôtelières calamiteuses. Je suis allé jusqu'au BTS et lors d'un stage à Cannes pendant le Festival du Spectacle Dominant, dégoutté de mon statut de stagiaire au room-service (planque par défaut que j'avais réussi à pécho grâce à un court séjour au bureau des Relations Humaines). Ce passage cannois m'a permis d'écrire des nouvelles médiocres et des poèmes merdiques. Mais j'ai pu ainsi déverser ma frustration et sublimer sur des cahiers à Spirale au dernier étage du Martinez. Je lisais à l'époque Bukowski (grâce à Djian et son Baise-Sollers 37,2° le mâtin (note : j'étais un Starfixien et un Mad Movies addict? mdr pour l'origine de ma sous-culture), John Fante, Henry Miller, Herman Hesse, Guy de Maupassant (Bel Ami) Jack Kérouac , Jack London (Martin Eden) et le « casseur2hype avant l'heure », le petit wasp de Bret Eston Ellis et son très moyen Less than zero. J'ai écris beaucoup de fiel merdique mais je suis relativement fier d'une nouvelle tapée à la main : La Gloire est une plage privée.).

Bien qu'enivré par mes découvertes dans l'art contemporain-contemporain. Je fréquentais compulsivement pendant deux ans les vernissages parisiens à Glassbox, Infozone, Accès Local et les galeries de la rue Louise Weiss (surtout la brasserie que j'avais baptisée la Dernière Galerie) et participé également à des expos. Je me rappelle avoir fait des Ricochets en juin 1999 pour Oh Les Beaux Jours expo organisée par Frédérique Lecerf et Eric Landan) et avoir lu en public restreint lors d'un work-shop à PUBLIC>, un texte d'Ariel Wizman tiré du mensuel défunt DON QUICHOTTE (avec le jolipunkarchimondain Camille de Tolédo). Emmanuelle Lequeux (journaliste à Aden à l'époque) n'avait pas saisi l'enjeu de cette lecture (moi non plus d'ailleurs). En tout cas, Wizman avait pondu un putain de bon texte qu'aucun journaliste que je connaissais à l'époque n'avait réussi à aussi bien torcher : il cassait ferme.

Mais le geste le plus important aura été d'écrire sur un bout de papier : ALIBI ART. J'ai eu l'idée d'un tampon Approved by Alibi-Art. J'ai ensuite crée TH. Profit avatar de ma (mauvaise) conscience d'artiste judéo-chrétien qui voulait réussir à tout prix et j'ai donné corps à mon tampon, à un personnage en disfonctionnement sur la scène unsane de l'art contemporain : "THTH Artiste sans oeuvres". Parallèlement, je dévorais les Inrocks que j'ai lu à partir du tout début (que je conchie actuellement, c'est devenu CULTURAMA ex-Inrocks) et beaucoup plus tard la presse hype comme CRASH, CITIZEN K, NOVA, TECHNIKART et d'autres... Ensuite J'ai tenté d'incarner l'obscénité du fonctionnement de l'art en organisant des partouzes en totale BLANK OBSCENITY. J'ai "tué" le processus d'incarnation en réalisant un anti-clip « Wonderful Life » pour Frédérique Lecerf qui voulait du "merveilleux" pour Wonderland TV produit par le CICV en 1999 via David Guez aux Nuits savoureuses. ELLE a été servie, c'était archi-glauque. After mes activités se sont désincarnées, dématérialisées en allant sur le web...

Comment expliques-tu que la presse se soit jetée avec autant d'insistance sur ce phénomène ?

Parce que c'est hype, pardi ! Tout le spectre des médias y est passé : de l'underground provincial à l'overground parisien-national (ah ah ah) en passant par le mainstream européen (Ruquier / merci à Antoine Besse d'y être allé à ma place) et même le subground régional (un fanzine de FAC et une radio campus grenobloise). Ce qui est assez nawak c'est que toi le webmaster du site dit underground ait mis autant de temps avant de s'intéresser à moi. Peut être ne suis je pas effectivement underground correct parce que je zappe la pseudo éthique du révolté2base à la Lola Laffont dont sa fièvre a été négocié à combien déjà ?

J'officie depuis 1998 et depuis le début, je remue la merdre avec des simulacres plus ou moins archaïques (le tampon médiatique Alibi-Art, la partouze Blank-Obscenity, le contre événement Fiac-Off !) et des dispositifs médiatiques sans me réclamer de Personne. Je me rappelle avoir mis sur la toute première version du site d'Alibi-Art : Guy Debord sucks . Je me sers de l'imposture pour déconstruire l'imposture générale que j'ai résume avec un slogan Vanitas Hagen Chi4$$ ou encore Vanitas Vanilla Rectum. Comme Beigbeder peut être je suis un pubard raté parce que trop con je scie la branche sur laquelle je bouffe le fruit défendu : la Vanité d'être unique et différent mais « what a fuck » ?

Je dois être le premier cybergonzohypeux (hypeux = insider = initié / the Insider le film avec Al Pacino à voir absolument) à mettre avec autant d'insistance les Acupuncture dans le buffet et à cracher dans l'OB avec l'alibi de l'altermondanisme (copyleft Serge Balasky). Je porte la casquette d'une minorité en soi à PARI(S) que l'on ne préfère ne pas trop revendiquer parce qu'elle renvoie à notre nature humaine trop mondaine. J'éclaire la face cachée de la hype dont les acteurs des médias font partie. Les médias réagissent très bien au miroir que le dispositif médiatique du SDH propose.

As-tu vu Jet Set, le film de Fabien Onteniente ? Et si c'est le cas, qu'en as-tu pensé ? C'est un peu l'illustration de votre concept.

J'ai vu effectivement ce film populaire mais surtout médiocre. Il renvoie effectivement au dispositif d'infiltration et d'imposture du SDH. Jet-set aurait pu s'appeler Le Ministère de la Jet-Set. La hype est l'antichambre de la jet-set et bizarrement les abonnés (acteurs) du SDH ont ensuite squatté des soirées où les VIP étaient les acteurs du film. La réalité a pour une fois rejoint la fiction.

Comment réagis-tu lorsque Frédéric Beigbeder déclare que le syndicat du hype lui rappelle sa folle jeunesse et qu'il se considère comme votre précurseur avec la Cacas Club ? Tu vois ça comme l'hommage d'un ancien ou comme une récupération supplémentaire par un grand professionnel de la hype ?

Je réagis très bien mais je ne sais pas trop de quoi il parle en fait ! Ses propos sont assez vagues. Ils ont été recueilli par une journaliste de PARIS-MATCH, Delphine Chaipaskoi qui fait partie de son réseau mondain pour lui faire un peu de pub et up-grader son image. Je ne savais pas du tout que j'allais être associé à lui. Elle a vraiment fait son coup en douce et la fin de l'article qui devait se finir par l'idée de la casse ultime finit en queue de poiZZon. J'ai entendu parler du Caca's Club par Hervé Duflot le DA du tout premier bar électronique de Paris, le What's Up (WUB) devenu depuis le WAX qui a vu fleurir tout la scène fench touch comme les Dafteux. J'y ai travaillé un peu avec lui en organisant des soirées overground : je mélangeais l'art contemporain et le clubbing j'ai aussi aidé RORK et KRIKOR pour des soirées de lancement. Hervé m'a vu passer à la télé le 31 décembre 99 chez Ardisson pour le réveillon sur FR2, il a été choqué de me voir avec la clique d'Ardisson comme Les Jalons par exemple. Il m'a un peu expliqué leurs soirées et ça avait l'air d'être assez "décadent". J'ai lu Vacances dans le coma qui raconte pas du tout le chemin d'un parasite-crevard mais celui d'un nappy avant l'heure me semble-t-il ... à part çà, c'est assez mignon de voir comment un grand bourgeois comme Frédéric essaie de rattacher le SDH à sa "folle jeunesse" terme qui résonne comme un son de cloche. Son temps est-il passé question branchitude underground ? Technikart a upgradé la hype grâce à Patrick Williams, Philippe Nassif et par la suite bibi, votre cerf-vil-tueur. Sinon je réagis très bien parce que j'ai dépassé l'idée de récupération : je passe dans Paris-Match... super ça me fait de la pub chez mon dentiste et mes voisins. Je dois fatalement ressembler à Beig' et je l'assume complètement mais je pense être beaucoup plus tordu que lui.

Pourquoi ne pas faire voyager le concept, en délaissant les cocktails du Paris mondain pour vous attaquer à d'autres symboles de la société du spectacle ? Vous pourriez par exemple vous incruster en force dans les soirées privées de Joey Starr et du B.O.S.S ?

Ses soirées font parties de la hype. Du reste, faudrait je te passe le 06 d'Audrey Diwan, la confidente de Joey. Je la casse en l'appellant Audrey Diwannabee.

Comment expliques-tu l'animosité dont fait preuve Ariel Wizman à votre égard dans le magazine Elle ?

Voilà le scan négatif de l'article. Il est dépassé par le phénomène des crevards et essaie de garder cette sorte de posture aristocratique Dandy 2000 qui ne veut plus rien dire alors qu'il était lui-même un crevard parait-il (mdr : un punk des Halles). J'ai parlé de lui avec Jean Rouzaud (un ex de Bazooka reconverti dans le consulting chez Nova (sick) Je trouve dommage qui se la pète crevure dans cet article. Sinon je l'aime bien en bon fan mais faudrait qu'il soit un peu plus conscient de changements sociétaux, des nouveaux paradigmes hype. Je n'ai pas dit qu'il était 4$$ been mais à force de côtoyer des suckers, il a perdu en autocritique.

Ne penses-tu pas que vous donnez d'excellentes excuses aux journalistes pour ne pas mettre le nez hors du triangle « place de la Bastille - Champs Elysées - Saint-Germain des Près » en leur fournissant la matière dont ils ont besoin pour faire croire à leurs lecteurs qu'il s'y passe encore quelque chose. Est-ce que tu ne joues pas tout simplement le jeu des médias ?

Pire je suis un media2luxe ! J'ai signé le site parissi.com en tant que pluggin' officiel du site avec realplayer, quicktime, etc. Pas besoin d'expo pour manifester cette esthétique.

Qu'en est-il d'Alibi Art ? Où en es-tu ce projet, l'as-tu abandonné ?

Le concept existera tant que les tampons existeront. Il en existe 4 dont un fabriqué spécialement en chine par un fighter Vincent Marmitte. J'aurais pu me contenter de ne faire que ça comme un ouvrier du geste. J'ai découvert le web après le tampon et le tampon est un média archaïque. IN/OUT. Il existe depuis 1998 c'est aussi un oxymoron qui résume parfaitement ma posture dans la société de l'information, ex-société du spectacle. Quand tu vas sur www.alibi-art.com, tu retrouves mon activité de casseur-mondain. Alibi-Art au début était un média archaïque. Violent stigmate.

Jusque-là, tu as su rebondir et inventer de nouveaux moyens de faire parler de toi. Quelle sera la prochaine étape ?

Toucher l'ASS. Continuer le SDH. J'ai institué un principe de contre-don pour le temps que je passe à animer la liste. J'ai déjà reçu 250$ !!! Continuer mes blogs, ma chronique Shoot Them Up dans BPM (je suis payé le minimum syndikal à casser le contenu du mag' de mon BO$$ et la hype en général quand il n'y a rien à se mettre sous la batte de baise-balls). Trouver un nouveau Q.G. Nomad et d'autres chroniques dans les magazines. Sinon être aussi un homme au foyer et coucher sur papier un bouquin. J'ai le titre : CREVARD (Baise-Sollers), le mode d'emploi et le matériau. PARI(S) est un pré-texte... Chloé Delaume m'encourage pour que j'y bosse. Méga-casse ultime en perspective ou pas. Hype & see comme dirait Serge Balasky ;-)


Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : THIERRY THEOLIER
Auteur(s) :
Genre : Interview
Copyrights : La Spirale.org - 1996-2008
Date de mise en ligne :

Présentation

Thierry Théolier - Une interview tirée des archives de La Spirale.

A propos de La Spirale : Née au début des années 90 de la découverte de la vague techno-industrielle et du mouvement cyberpunk, une mouvance qui associait déjà les technologies de pointe aux contre-cultures les plus déjantées, cette lettre d'information tirée à 3000 exemplaires, était distribuée gratuitement à travers un réseau de lieux alternatifs francophones. Sa transposition sur le Web s'est faite en 1995 et le site n'a depuis lors cessé de se développer pour réunir plusieurs centaines de pages d'articles, d'interviews et d'expositions consacrées à tout ce qui sévit du côté obscur de la culture populaire contemporaine: guérilla médiatique, art numérique, piratage informatique, cinéma indépendant, littérature fantastique et de science-fiction, photographie fétichiste, musiques électroniques, modifications corporelles et autres conspirations extra-terrestres.

Liens extérieurs

Thth.free.fr/
Syndicatduhype.com/
Myspace.com/cameraanimale021268

Thèmes

Activisme
Nouveaux médias
Trash culture

Mots-clés associés

Thierry Théolier
Syndicat du Hype
Alibi Art
Crevard (Baise-Sollers)
Tecknikart

Contact

  • Captcha capttchaaa

Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
« Cyberpunk Is Not Dead »
© Laurent Courau
pub

Contenu aléatoire

Video Video Video Texte Photo Texte Texte Video Peinture