header

RECHERCHE : ÉROTISME


  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05

  • JESSICA RISPAL « MYSTERES EROTIQUES »


    Artiste et éditrice, Jessica Rispal a débuté la photographie avec un appareil argentique prêté par son père. Premières prises de vue dans le salon en travaux de ses parents, à l’aide de lampes de chantier, pour le portrait d’une amie dont le crâne rasé éveillait déjà ses fantasmes d’insoumission érotique et créative. Comme souvent, d’un élan en apparence spontané est née une vocation, dont nous vous proposons ici un très joli aperçu. En parallèle de ce portfolio,...
    Lire la suite

    JESSICA RISPAL « MYSTERES EROTIQUES »

    JESSICA RISPAL « LE BATEAU, DES PIRATES ET AUTRES AVENTURES EROTIQUES »


    De la créativité, un zeste d'humour et surtout de la chair, de l'érotisme. À force de tensions sociales et pandémiques, on en oublierait l’essentiel. Ce que Jessica Rispal se fait un plaisir de nous rappeler aux commandes de son Bateau, épatante revue d'art sur le corps et les sexualités qui atteindra bientôt son dix-huitième numéro, avec la « métamorphose » pour thème. Ou comment sortir, encore et encore, des sentiers (re)battus pour proposer une autre vision, joyeuse et...
    Lire la suite

    JESSICA RISPAL « LE BATEAU, DES PIRATES ET AUTRES AVENTURES EROTIQUES »

    STU MEAD « L'INNOCENCE INSATIABLE »


    Peintre et illustrateur américain installé à Berlin, Stu Mead ne manque pas de susciter la controverse en représentant, au travers de ses œuvres, de grands tabous tels que la sexualité adolescente, la scatologie, la pédophilie et la zoophilie. Édité par nos camarades subversifs, graphiques et marseillais du Dernier Cri, célébré par le regretté Adam Parfrey dans son anthologie Apocalypse Culture II, l’artiste poursuit son obsession pour les « nymphettes léchées par des...
    Lire la suite

    STU MEAD « L'INNOCENCE INSATIABLE »

    ANTOINE BERNHART « UN THÉÂTRE DE LA CRUAUTÉ »


    Meurtres, mutilations, viols, zoophilie et coprophagie, le travail d’Antoine Bernhart s’inspire de l’univers cruel des contes des frères Grimm, de la peinture de Balthus, du Marquis de Sade et des écrits de Georges Bataille. Ses premières planches sont publiées en 1968 dans la revue du groupe surréaliste Phases, avant qu’il ne s’en fasse exclure, au motif que ses dessins étaient jugés trop pornographiques. Au début des années 1980, il commence à utiliser la plume d’oie...
    Lire la suite

    ANTOINE BERNHART « UN THÉÂTRE DE LA CRUAUTÉ »

    CHANELTA DEVERAUX « ÉTRANGE ICÔNE VIRTUELLE »


    Nul ne sait qui se cache derrière le masque de Chanelta. Énigmatique, la jeune femme serait originaire de Takaoka, au centre de l'archipel nippon, et vivrait à Tokyo ou Osaka. Sur Facebook, Instagram et au travers des nombreux comptes qu'elle anime sur ces réseaux, son audience compte des dizaines de milliers d'internautes en provenance du monde entier. Mais ses autoportraits cryptiques ne font rien pour flatter les amateurs de chair fraîche, forts de références artistiques qui...
    Lire la suite

    CHANELTA DEVERAUX « ÉTRANGE ICÔNE VIRTUELLE »

    1969-1984 « VINTAGE X-RATED PORNO POSTERS »


    Entre 1969 et 1984 se sont écoulées une quinzaine d’années considérées comme l’« âge d’or » du cinéma érotique et pornographique ». Les deux étant intrinsèquement liés, au point qu'un même film était souvent distribué dans plusieurs versions, afin de correspondre aux différentes classifications et de maximiser ses chances de toucher le public le plus large possible . Période de libération, au cours de laquelle les films pour adultes bénéficièrent d’une...
    Lire la suite

    1969-1984 « VINTAGE X-RATED PORNO POSTERS »

    SCREW « THE SEX REVIEW »


    Screw est apparu aux États-Unis en novembre 1968. De format tabloïd, la revue a vendu jusqu’à 140 000 exemplaires au sommet de sa gloire, avant de tirer sa révérence en 2003. Un retentissement qui n'aura pas manqué de valoir de nombreux procès pour « obscénité » à cette publication lancée avec un budget total de 350 $ par deux New-Yorkais, Al Goldstein et de Jim Buckley. Révolutionnaire pour son époque, Screw - The Sex Review fut la première parution américaine d’une...
    Lire la suite

    SCREW « THE SEX REVIEW »

    PEACH MOMOKO « ŌMUKADE DREAMS »


    Illustratrice d'origine japonaise, Peach Momoko oscille entre l'Orient et l'Occident. Ainsi qu'elle se partage entre ses activités les plus sages et des oeuvres personnelles, qui flirtent volontiers avec la décadence, l'érotisme et le grotesque de l'ero guro. Son style artistique participe d'un mélange unique de manga et de bande dessinée européennes ou nord-américaines, travaillé à l'encre et aux aquarelles, qui lui vaut de très belles collaborations avec les éditions Marvel ou...
    Lire la suite

    PEACH MOMOKO « ŌMUKADE DREAMS »

    MONICA SANDOVAL « MEXIQUE, PUNK ROCK & EROTISME SATANIQUE »


    Cinéma fantastique, scènes punk et gothique, lucha libre ou narcocorrido, le Mexique fait partie des grands pays producteurs de pop culture transgressive depuis les années 1930 et la sortie du bien nommé El fantasma del convento. Illustratrice basée à Mexico City, Mónica Sandoval ne déroge pas à la règle et secoue la bien-pensance avec ses mises en scène érotique et satanique. Un créneau aussi porteur qu'étonnamment sous-exploité, qui lui vaut un joli succès...
    Lire la suite

    MONICA SANDOVAL « MEXIQUE, PUNK ROCK & EROTISME SATANIQUE »

    APOLLONIA SAINTCLAIR « INK IS IN MY BLOOD »


    Mais qui se cache derrière le pseudonyme d'Apollonia Saintclair et ses oeuvres sulfureuses, où l'on devine l'influence de Manara, Crepax et Serpieri ? Difficile de deviner la véritable identité de l'artiste, au-delà de cette façade anonyme qui évoque tant une sainte et martyre chrétienne d'Alexandrie, que le personnage délicieusement aristocratique et décadent, incarné par Roger Moore dans Amicalement vôtre. Il n'en reste pas moins des mises en scène puissantes, qui...
    Lire la suite

    APOLLONIA SAINTCLAIR « INK IS IN MY BLOOD »

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05