ANTOINE BERNHART « UN THÉÂTRE DE LA CRUAUTÉ »


Enregistrement : 27/07/2020

Meurtres, mutilations, viols, zoophilie et coprophagie, le travail d’Antoine Bernhart s’inspire de l’univers cruel des contes des frères Grimm, de la peinture de Balthus, du Marquis de Sade et des écrits de Georges Bataille.

Ses premières planches sont publiées en 1968 dans la revue du groupe surréaliste Phases, avant qu’il ne s’en fasse exclure, au motif que ses dessins étaient jugés trop pornographiques. Au début des années 1980, il commence à utiliser la plume d’oie et l’encre de chine pour illustrer les thématiques qui feront sa notoriété : rock underground et contre-culture de l’époque, zombies ou scène de bondage. Il réalise ainsi de nombreuses oeuvres pour les pochettes de disques et les affiches de concerts des groupes tels que The Meteors, The Rattlers, The Vibes, Tall Boys, Screaming Kids ou The Cannibals.

À partir des années 1990, Antoine Bernhart se radicalise encore au travers d’une fascination grandissante pour la culture japonaise érotique, pour accoucher de mises en scène toujours plus érotiques et morbides.





Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.