LOKI LONESTAR « SHOW NO MERCY »


Enregistrement : 01/06/2019

Artiste nomade et polymorphe, Loki Lonestar sévit depuis près de vingt ans au sein de groupes aussi multiples que variés, dont les mythiques Micropoint. En septembre, il sortira enfin son premier album solo Show No Mercy, chez Atypeek et Yearning Music. Un album tout à son image, pluriel et mutant !

Loki Lonestar sera présent le samedi 8 juin sur la scène de la Gare Expérimentale, à l’occasion de la Mutante « Garden Party », avant de continuer son « Ambition Tour » de l’autre côté du Rhin, à Berlin. Il se produira ensuite à Brest, avec Micropoint, dans le cadre du festival Astropolis, le samedi 6 juillet 2019. Et en tournée sur son île natale de La Réunion à la rentrée, en solo, mais aussi avec ses groupes Micropoint et Lady La Fée.


Propos recueillis par Ira Benfatto.



Ton frère et toi êtes tous deux chanteurs, mais dans des styles diamétralement opposés. Lui tend vers le jazz, toi vers le métal et les scènes alternatives. À la fin des années 1990 à la Réunion, tu faisais partie d’un groupe assez trash, Nutcase, qui tranchait méchamment avec le paysage musical de l’île. Peux-tu nous parler de la scène underground de la Réunion ? Et nous raconter ce qui vous a poussés à déménager vers la grisaille parisienne ?

Mon frère Aurus et moi-même venons de deux grandes familles musicales vraiment différentes, mais nous partageons la même passion pour ce qui est vrai et puissant.

Vrai et puissant est d'ailleurs la formule que l'on pourrait employer pour décrire la scène « underground » de La Réunion, un vrai melting-pot de tous les genres et styles musicaux présents dans le monde. Sur l'Ile, c'est un peu comme un condensé de tout ce qui peut se produire en musique. Il y a au moins un groupe excellent dans chaque style (au moins un), et bien souvent, chaque groupe est unique ou fait quelque chose qui pousse au respect, voir à l'émerveillement. À l'époque où j'ai quitté La Réunion pour Paris, en 2001, le métal était assez minoritaire. À présent, il y a de plus en plus de lieux excellents où jouer et un public complètement déjanté. À chaque retour en tournée, j'hallucine de plus en plus... Donc, pour répondre à ta question, avec Nutcase, on a décidé de quitter notre île natale pour conquérir le monde ; et aujourd'hui, c'est le monde qui conquiert La Réunion.

Moi, je te connais surtout pour être la voix d'un sound-system hardcore, les Micropoints. Et ce pour en avoir bouffé pas mal dans mes tendres années (et pas qu’au sens propre). Vous collaboriez ponctuellement jusqu’à leur album Exit Mankind, à partir duquel la guitare électrique et ta voix deviennent part intégrale du projet. Ce que l'on retrouve encore sur votre dernier et récent album, Junk Box, que vous avez présenté début mai au Gibus. Qu'est-ce qui t'a amené vers l'underground électronique et la culture des free-parties ? Et quelle part occupes-tu dorénavant dans le processus créatif des Micropoints ?

Je chante en effet avec Micropoint depuis 2012 et l'album Exit Mankind. À présent, Radium et Al Core ont intégré Mister Parker (le guitariste) et moi-même au projet et Micropoint est un groupe qui comporte quatre membres. Le 6 mai est sorti mon deuxième album avec eux, Junk Box, un album bien plus abouti du point de vue de la fusion électro/métal. Je vous invite à aller le découvrir, vous qui nous lisez.

Aux alentours de 2010, j'ai enregistré mes premières voix « métal » pour un duo de DJ réunionnais, les Programers. Ils sortent deux disques sur Audiogenic, le label de Radium. Une chanson qui s'appelle Nerz's Rage, notamment, donne envie aux Micropoints (pas ceux qui se mangent) de me proposer d'intégrer le groupe. J'accepte avec une immense joie et voilà, maintenant on est là, à en prendre pendant cette interview (ceux qui se mangent). Pas l'interview, hein ? Vous suivez toujours ? Si vous le souhaitez, on pourra vous faire un dessin à la fin pour vous expliquer les micropoints!

Au cours de mes recherches, j’ai découvert un épisode méconnu de ta carrière, le télé-crochet Popstar. Par bonheur, j’ai retrouvé la vidéo de ton passage. Pour nos lecteurs je raconte rapidement la séquence. Tu chantes environ cinq secondes, l’un des membres du jury t’arrête, mais tu continues et éructes « No more lies, no more apologies », en avançant vers eux le regard fou et les bras ondulant comme des tentacules. Le jury prend peur, l’un d'entre eux quitte sa chaise. Laroche-Joubert, proche de la catalepsie, se planque derrière un autre. En bref, un grand moment de télévision ! (sourire) Est-ce que l’expérience t’a ouvert des portes, en plus d'une bonne rigolade ?

Le jour où ça s'est produit, j'ai vu les caméramans sur place me faire des pouces vers le haut à la fin de mon intervention. J'ai compris instantanément que j'allais être dans le zapping. Ce n'était pas prémédité, j'ai juste été moi-même. Et oui, c'est un grand moment de télévision comme il en faudrait plus souvent.

Des volontaires pour m'inviter sur un futur plateau ? J'aimerais beaucoup (me) faire Nagui ! Enfin, après ces quelques secondes au zapping, énormément de personnes me reconnaissaient dans la rue et me disaient « Bravoooooo! Tu as fait peur à La Fouine! » Nan ? Tu trouves que je fais peur ?

Sur ton site, ta biographie te présente comme un artiste polymorphe. Un bel euphémisme. Hormis les Micropoints dont nous avons déjà parlé, tu officies dans deux autres groupes. HeYs, un groupe de tribal métal où tu fais des envolés à la Mike Patton et Lady La Fée, un groupe plus calme de reprises de chansons françaises et anglaises, dans lequel tu chantes aussi en créole. Tu fais également partie des Screwdrivers, un duo de cabaret qui mêle le yodle, le travestissement et des reprises de Madonna. Mais tu pratiques aussi les arts du cirque, la danse et le théâtre, tu as monté Loki Lonestar TV, tu tournes à travers le monde avec les formations mentionnées et tu sors à présent ton album solo. Où trouves-tu l’énergie de mener tous ces projets en parallèle ? Qu'est-ce qui te fait courir, ainsi ?

Comme je l'ai déjà dit au début de l'interview (ou pas) je suis un alien. Le fait d'être une centrale nucléaire qui produit de l'énergie à l’infini n'est donc pas si impressionnant. Ce qui l'est plus, en revanche, c'est ce besoin et cette envie d'avoir plusieurs facettes à mon art, à l’image de la vie.

Il y a de la colère, de l'amour, de la violence, des rires, des danses, de l’émotion, même des larmes. Et je me nourris de tout ceci, le transforme en énergie et la restitue aux gens sur scène, comme dans mes chansons.

Après un premier projet solo en 2018, l’album de reprises (Un)official Feat, tu sors enfin Show No Mercy chez Atypeek Music. Celui-ci s'avère bien à ton image, inénarrable et polymorphe. Ça va du dubstep énervé au hardcore, en passant par l’electro-pop et un métal mélodique à la Marilyn Manson dans sa période glam-rock, avec des morceaux où Atari Teenage Riot rencontre la musique orientale, d’autres où des enfants chantent « Uzi Dance » et j’en passe. Le spectre est super large et l’humour souvent présent. D'où te vient cet album, qui semble concentrer de longues années de cogitation ?

Je réfléchis... Je dirais simplement que j'ai envie de faire l'album que j'ai envie d'entendre. Partout. A la radio, à la TV, dans les émissions littéraires ou les dessins animés, dans des films aussi (pas les séries, ça nan!)

Je pense que la musique du futur est un savant mélange de nos inspirations et de nos rêves les plus fous.

Parlons un peu des artistes qui t'accompagnent dans cette nouvelle expérience, notamment des featurings de Didier Super, de Manu (ex Dolly) ou du groupe de hip hop tchèque Sodoma Gomora, sans oublier Romain Vicente, l'excellent batteur qui joue parfois avec toi sur scène ?

En effet, l’album Show No Mercy (qui sortira en septembre chez Atypeek et Yearning Music) fourmille d'invités :

- Manu de Dolly, une artiste française essentielle et que j'admire.

- Didier Super est aussi venue rendre visite à une de mes chansons (je crois qu'il l'a violentée mais visiblement elle a adoré ça)

- Sodoma Gomora, mes amis les rappeurs horror-core que j'adore (t'as vu, ça rime).

Je ne vous en dirai pas, plus pour ne pas divulgacher toutes mes bonnes surprises.

Enfin, oui je suis ravie que Romain Vicente (batteur de génie) joue avec moi sur quelques titres et que nous partagions la scène en live sur certaines dates. D’autres personnes sont ultra impliquées dans cet album, aussi bien dans sa genèse que dans son déploiement « on stage ». Allez, on va les citer :

- Dico Bliss (guitariste de Nutcase)

- Kloahk (ex-guitariste de Tricksterland)

- Mastermind (performeur hallucinant)

- Les Harpies ou Chiennes de Zeus (danseuses et choristes flamboyantes)

- Clem X (bassiste de Shaârghot)

- Radium (Micropoint) aux manettes

Et enfin Dan Mud (percussionniste) et mon associé dans le label TW

Une belle bande de dingues.

Le samedi 8 juin prochain, tu seras sur la scène de la Gare Expérimentale à l’occasion de La Mutante « Garden Party », pour une performance de 30 minutes, à l'occasion de laquelle tu nous présenteras en exclusivité ton nouveau single We Are The Future. Peux-tu nous donner un avant-goût de ce que tu nous prépares ?

Je n'ai qu'une seule chose à dire : « Soyez là, les places sont limitées ».

On vous prépare un spectacle comme vous en verrez peu: Un indice ?

Vous imaginez Rammstein qui se fait une sextape avec Madonna?

Bien... Vous êtes encore loin de la réalité!

Question désormais rituelle sur La Spirale. Comment vois-tu l'avenir, à la fois d'un point de vue personnel, mais aussi plus global ? Et qu'est-ce que tu as envie d'apporter comme réponse au climat anxiogène ambiant ?

L'avenir c'est nous, « WE ARE THE FUTURE » !

Quand les gens auront compris cela, ceux de l’ombre qui tirent les ficelles commenceront à avoir sacrément peur ! Et quelque chose me dit que ça a déjà commencé !

Nous sommes tous habitants de la terre, alors arrêtons de voir le monde à travers le prisme d'un pays ou d'une politique. Soyons plus confiants dans la simple formule que sans nous RIEN N'EXISTE.

Alors, rendons nos combats essentiels, rendons chaque chose que l'on créé ESSENTIELLE. Tout ce qui n'est pas essentiel va disparaître, faisons les bons choix.



Commentaires

Vous devez vous connecter ou devenir membre de La Spirale pour laisser un commentaire sur cet article.

A propos de cet article


Titre : LOKI LONESTAR « SHOW NO MERCY »
Auteur(s) :
Genre : Videoclip
Copyrights : La Spirale.org - Un eZine pour les Mutants Digitaux !
Date de mise en ligne :

Présentation

Artiste nomade et polymorphe, Loki Lonestar sévit depuis près de vingt ans au sein de groupes aussi multiples que variés, dont les mythiques Micropoint. En septembre, il sortira enfin son premier album solo Show No Mercy, chez Atypeek et Yearning Music. Un album à son image, pluriel et mutant !

Liens extérieurs

LokiLonestar.com
Loki Lonestar TV

Thèmes

Danse
Musiques
Punk
Techno
Underground

Mots-clés associés

Loki Lonestar
Show No Mercy
Micropoint
Metal
Free-Party

Contact


Connexion


Inscription
Lettre d'informations


Flux RSS

pub

Image aléatoire

pub
T-shirt "Reptilian Conspiracy"
by LaSpirale.org
pub

Contenu aléatoire

Texte Texte Texte Photo Texte Photo Video Peinture Peinture